Samedi 10 décembre 2016









ECONOMIE

Lancement de deux programmes d’appui au renforcement des capacités d’Haïti dans le commerce


Plus d’une dizaine d’hommes et de femmes du secteur privé du pays ont participé, mercredi, au lancement des programmes d’appui au renforcement des capacités d’Haïti pour la mise en œuvre du Marché et de l’économie unique de la CARICOM (CSME) et de l’accord de partenariat économique CARIFORUM-CE (APE). Tenues à l’Hôtel Montana, ces assises ont permis aux participants d'évaluer les contraintes et avancées concernant ces deux programmes. Un moment clé vient d’être franchi. Selon l’ordonnateur national du Fonds européen de développement (FED), Jean Edner Nelson, c’est l’une des étapes pour intégrer le marché commercial de la Caraïbe. Et va, par ailleurs, constituer finalement l’accord de l’APE. Ces projets financés respectivement par l’UE et le FED, s’articulent bien avec les efforts du gouvernement haïtien visant la promotion et la facilitation des investissements directs étrangers et privés dans le pays, a-t-il fait savoir. Ces programmes vont permettre, entre autres, le renforcement institutionnel tant pour les institutions publiques, privées que pour les organisations qui y vont participer. Ils visent l’intégration du pays dans le marché commun régional de la Caraïbe, enchaîne-t-il. Le Coordonnateur général du Bureau de coordination et de suivi des accords CARICOM-OMC (BACOZ), Chenet St-Vil abonde dans le même sens. Il pense que ces dynamiques représentent un incitatif majeur pour les investissements. « Par mon organe, je m’engage à maintenir, voire renforcer la proximité avec les institutions et secteurs partenaires de l’implication graduelle effective d’Haïti dans ces dynamiques visées par ces deux projets ». Le pays explique-t-il, doit exporter pour pouvoir tirer profit. Le représentant de la Banque caribéenne de Développement (BCD), Mme Valérie Pilgrim a mentionné que son institution a déjà engagé toutes les ressources disponibles pour financer 32 projets dans la région. Les fonds promis à Haïti s'élèvent à 291 720 dollars américains. L’objectif de ce projet est de créer un environnement propice au commerce, à l’investissement, à la cooperation et au développement entre Haïti, l’Union européenne et les pays du CARIFORUM. Aussi, poursuit-elle, par ces projets, l’on améliorera la capacité du secteur privé à accéder au marché européen et au CARIFORUM. Maximo Scalorbi qui a représenté le chef de la délégation de l’UE en Haïti, Javier Nino Perez, a souligné l’importance de ce lancement pour l’instance en question. « L’UE qui s’était depuis longtemps engagée dans les renforcements d’un cadre propice face à cette nouvelle dynamique, répondit naturellement présent ». L’aspect technique supporté par l’organisation régionale caribéenne pour les standards et pour les qualités est évalué à hauteur de 3.1 millions de dollars pour la mise en place des formations relatives aux services douaniers, à la compétitivité et à l’approvisionnement public. En outre, il soutient que l’UE réitère sa volonté de rester à côté d’Haïti afin de l’accompagner et l’aider à franchir les étapes qui permettront son intégration progressive dans le marché de l’économie unique de la Caraïbe.











AUTEUR
Michelson Césaire

mcesaire@lenouvelliste.com

Réagir à cet article

Les commentaires sont modérés

Chaque contribution postée est soumise à modération. Vous pouvez alerter l'équipe du Nouvelliste, d'une contribution qui vous semble ne pas respecter notre charte en cliquant sur le bouton << Voter contre >>, présent sous chaque commentaire. Notre équipe sera automatiquement prévenue et fera le nécessaire.

La charte de moderation












Haut de la page