Vendredi 9 décembre 2016









EDITORIAL

Qui n’est pas en grève au Parlement ?


Le député Arnel Bélizaire poursuit sa grève de la faim. On ne compte plus les heures de cette saga. L’opinion se partage entre ceux qui croient qu’il ne mange pas et les incrédules. Privation ou diète hydrique, là n’est pas le propos de ce papier. Officiellement, le député Bélizaire est en grève. Il ne mange pas, ne travaille pas. D’ailleurs, il est l’objet d’une suspension comparable à celle infligée à Luis Suarez par la FIFA. La Chambre des députés a exclu l’honorable et turbulent Bélizaire de ses séances. Bélizaire est revenu au-devant de la scène en se mettant en grève. A côté de cette double suspension de travail, il y a toute une foule de députés qui sont naturellement et en permanence en grève. Ils ne se présentent pas au Parlement, ne siègent pas dans les commissions, ne proposent pas de loi ni ne polluent les ondes des médias. Ils sont des absentéistes. Des ombres. Des noms sur une liste. Menez une enquête pour savoir à quand remonte la dernière séance régulière au Sénat et à la Chambre des députés, vous serez étonné d’apprendre la rareté d’une telle denrée. Depuis janvier 2014, combien de lois ont été votées par les députés de la majorité présidentielle qui contrôle la Chambre basse ? Les doigts d'une main seront amplement suffisants pour faire le décompte. La situation n’est pas différente au Sénat. Il y a des sénateurs qui se trouvent dans la même situation que les députés. Le défi est lancé à quiconque de citer les noms des vingt sénateurs et d’accoler à leur patronyme une action, une réalisation, une déclaration. Vous en trouverez peut-être dix ou quinze d’actifs, mais pas vingt que le commun des mortels peut identifier. De la liste des vingt sénateurs, enlevez les six, ils sont en rébellion. Ils ne travaillent pas formellement. C’est un choix stratégique. Mais les autres, que font-ils ? Qui défend le gouvernement ? Qui fait partie de la majorité présidentielle au Parlement ? Qui monte au front, chaque jour et inlassablement, pour faire aussi bien que le groupe des six ? Ils sont tous en grève au Sénat. Et ce n’est pas une figure de style. La majorité des élus calbindent. Ils ne servent à rien. Ils se servent de leur fonction, et c’est tout. Bélizaire fait la grève de la faim. Le groupe des six fait la grève anti-Martelly. Et les autres, que font-ils au Parlement ?











AUTEUR
Frantz Duval duval@lenouvelliste.com Twitter:@Frantzduval

Réagir à cet article

Les commentaires sont modérés

Chaque contribution postée est soumise à modération. Vous pouvez alerter l'équipe du Nouvelliste, d'une contribution qui vous semble ne pas respecter notre charte en cliquant sur le bouton << Voter contre >>, présent sous chaque commentaire. Notre équipe sera automatiquement prévenue et fera le nécessaire.

La charte de moderation












Haut de la page