Jeudi 29 septembre 2016









SOCIETE
MATINEE UNIVERSITAIRE DANS LE DEPARTEMENT DES NIPPES

Que signifie « étudier » dans le contexte haïtien ?


« Le pays ne décollera pas si on n’a pas un corps de penseurs, d’hommes et de femmes compétents dans tous les champs du savoir», a soutenu le coordonnateur du Collectif des universitaires citoyens (CUCI), Hérold Toussaint, le mardi 15 juillet 2014 lors d’une matinée universitaire au profit d’une centaine d’étudiants (es) en sciences de l’éducation de l’université publique des Nippes. Il était 10 h a.m. quand le recteur Yves Voltaire fit la présentation de l’équipe de CUCI. Selon M. Voltaire, « cette journée de formation est une occasion pour sensibiliser les jeunes étudiants (es) aux responsabilités dans le contexte haïtien, à la nécessité de développer leur estime de soi, de se faire confiance et de se fixer des objectifs pour l’avenir ». Accompagné de trois jeunes « cucistes », – Jeff Destinvil, Ricarson Dorcé et Pierre Michelot Jean-Claude, trois coauteurs , du livre Littérature et Politique. Lire Justin Lhérisson à l’ère des campagnes électorales en Haïti, paru en 2014–, le docteur en sociologie Hérold Toussaint a, une fois de plus, donné sa contribution citoyenne en aidant à former de jeunes esprits autour d’une question fondamentale : Que signifie étudier dans le contexte haïtien ? Cette interrogation constitue en fait une sorte d’initiation à l’université, qui enseigne ce que c’est que l’habitus universitaire. Pareille question se révèle être aujourd’hui plus qu’importante, vu que l’Etat est de plus en plus vassalisé piteusement sur le plan économique et politique. Dans ce contexte, étudier, c’est non seulement apprendre pour se former, mais aussi apprendre pour former et informer ses concitoyens sur les différents problèmes qui rongent la cité. Les échanges et réflexions ont eu pour effet d’attirer l’attention sur les vraies responsabilités que confère aux jeunes le statut d’étudiant. « On n’étudie pas pour humilier ou exploiter les plus faibles », a précisé le professeur Hérold Toussaint. Les étudiants (es) ont ainsi pour devoir d’humaniser la cité, c’est-à-dire apporter leur contribution au processus de transformation sociale nécessaire au bien-être collectif. L’étudiant, c’est quelqu’un qui sème, qui s’aime, qui aime les autres et qui s’engage à assumer ses responsabilités d’homme et de femme pour un avenir meilleur. Aucun progrès n’est possible dans le pays sans des universités sérieuses capables de développer l’esprit critique des gens. Par ailleurs, le coordonnateur du CUCI montre combien il est urgent de cultiver ce qu’il appelle "la complicité positive et civique ", c’est-à-dire ce sens des responsabilités qui incite à protéger le bien commun, à développer « la passion du travail en équipe dans un pays où le mépris de l’autre et la méfiance sont rois ». "Réussir ensemble" est, selon lui, le credo qui doit animer chaque étudiant haïtien s’il veut s’investir avec intelligence dans une action collective pour un changement social mélioratif de la société haïtienne. Car « si l’on prend le risque d’habiter Haïti, ce pays malmené et trahi par ses fils et une certaine partie de la communauté internationale », l’étudiant doit pouvoir assumer sa responsabilité citoyenne et être capable de poser un regard réfléchi, critique et objectif sur la réalité sociale. Hérold Toussaint a expliqué aux étudiants les raisons pour lesquelles il a écrit en 2011 son livre de méthodologie : Le métier d’étudiant. Guide Méthodologique du travail intellectuel. Il a dialogué avec eux sur quelques points importants tirés de l’ouvrage, comme par exemple : "Bien se connaître pour étudier" ; "Les obstacles épistémologiques" ; " Lecture et fiches de lecture ‘’ ; Comment préparer et présenter une bibliographie; ‘’Nos corps et les études’’, etc. Il a fait remarquer qu’étudier est un métier et qu’on doit l’apprendre. Pour le professeur Toussaint, les études doivent nous aider à comprendre que nous devons être responsables avec les hommes et envers les hommes. Nous y arriverons dans la mesure où nous acceptons d’assumer notre propre responsabilité et notre entière humanité. Jeff Destinvil, dans ses interventions, a défendu l’idée selon laquelle il faut à la jeunesse haïtienne d’aujourd’hui un sens poussé d’analyse et d’esprit critique. Les études universitaires doivent offrir aux jeunes les armes nécessaires à une bonne compréhension des faits. Il a beaucoup misé sur la fonction sociale de l’université. Selon Ricarson Dorcé, membre du CUCI étant intervenu en l’occasion, l’université est l’espace où les jeunes doivent apprendre à assumer leur responsabilité historique et prendre en charge cet héritage légué par nos ancêtres afin de laisser un espace vivable aux futures générations. La terre d’Haïti est un héritage légué par nos ancêtres. C’est donc aux Haïtiens d’aimer et de défendre ce pays que deux siècles de gaspillage ont maintenu dans l’humiliation, la misère et le sous-développement. Quant à Michelot Jean-Claude, il a insisté sur l’idée que la transformation du pays doit nécessairement passer par la transformation de la pensée. Et ceci ne sera possible qu’au prix d’un effort constant et persévérant dans l’apprentissage de la méthodologie en dépit des souffrances et des contraintes qui caractérisent le milieu universitaire haïtien. « Il y a une nécessité aujourd’hui d’apprendre à travailler de manière méthodique », souligne-t-il. La méthode n’est pas qu’une exigence du travail intellectuel. Les fonctionnaires, les hommes et femmes politiques, tous les acteurs de la vie nationale ont pour devoir d’apprendre à planifier en utilisant rationnellement le temps et les ressources mises à leur disposition. Nous devons tous apprendre à travailler avec méthode. Cette journée de formation dans le département des Nippes a pris fin à 5h p.m. Elle est venue allonger la liste des matinées universitaires que le professeur Hérold Toussaint et son collectif animent dans les dix départements du pays depuis quatorze ans. (2000-2014). Fritz Laventure











AUTEUR

Réagir à cet article

Les commentaires sont modérés

Chaque contribution postée est soumise à modération. Vous pouvez alerter l'équipe du Nouvelliste, d'une contribution qui vous semble ne pas respecter notre charte en cliquant sur le bouton << Voter contre >>, présent sous chaque commentaire. Notre équipe sera automatiquement prévenue et fera le nécessaire.

La charte de moderation












Haut de la page