Claude Barzotti en Haïti

Il est de retour en Haïti après vingt-cinq ans. Claude Barzotti, voix romantique, est attendu ce samedi au Karibe pour chanter les mamans autour d'un buffet-concert. Son arrivée mercredi dernier à Port-au-Prince sous un temps pluvieux n'a pas fait de vagues. Reportage.

Publié le 2014-05-22 | Le Nouvelliste

Ticket Mag -

Ticket Magazine est le seul média à guetter mercredi vers 7 h du soir l'arrivée de Claude Barzotti à l'aéroport Toussaint Louverture. Chemise bleue, jeans bleu et chaussures noires, Claude Barzotti nous revient dans une tenue style classique américain. Guitare sur le dos, ses cheveux couleur corbeau délavés par le temps riment avec ses rides au coin des yeux. On ne rencontre pas le jeune romantique qui chantait « Madame » il y a de cela trente ans. Mais une célébrité simple comme bonjour qui laisse son empreinte indélébile sur la musique française. Sa voix et ses chansons traversent les générations sans vieillir. Avec un sourire qui ne quitte pas ses lèvres, le Rital rentre d’un voyage fatigant et pourtant garde une bonne humeur de se voir enfin à destination après avoir été en point de chute au Luxembourg, à Paris, à Pointe-à-Pitre avant d’arriver à Port-au-Prince. Pris au dépourvu, Barzotti ne s’attend pas à rencontrer la presse à 7 h du soir. « Je voulais faire ma barbe avant. Je ne veux pas avoir l’air vieux, plaisante-t-il en touchant son visage pour dissimuler ses barbes blanches. » « Ce n'est pas pour faire du tourisme que je porte ces lunettes de soleil. Avant de venir en Haïti, je me suis cogné contre mon piano en ouvrant la porte à mon frère. Donc, j'aurais bien aimé vous dire que c'est ma femme qui m'a frappé, mais c'est dommage je n'en ai pas», confie Barzotti. Conduit au salon diplomatique, Claude Barzotti croit arriver à l’hôtel. Mais Luck Mervil lui fait comprendre que cet espace de l'aéroport est réservé aux personnages importants. Du coup, l’artiste se décontracte et se réjouit un peu plus de l’accueil. En lieu et place d’un point de presse ou, à la limite, une brève présentation de Claude Barzotti par le staff organisateur, les trente minutes que le chanteur aura passées dans le salon diplomatique ne serviront qu’à des prises de photos incessantes avec les hôtesses et quelques membres du personnel de l’aéroport Toussaint Louverture. Un instant indécis qui porte Barzotti à remonter vite dans ses souvenirs pour révéler qu’il était victime d’une mauvaise organisation lors de son premier concert en Haïti. En référence à plusieurs situations qu’il a déplorées, Barzotti explique que « c’est inconcevable que tu donnes un concert à 6 h et pourtant il est 9 h les instruments ne sont pas encore arrivés ». Des manquements spectaculaires qui lui ont fait rougir d’insatisfaction à l’époque, se rappelle le guitariste et compositeur. Vingt-cinq ans plus tard, c’est avec autant d’anecdotes que d’humour que Barzotti revient sur sa première visite. En riant, il critique les faiblesses de sa première fois comme pour avertir Dream Promo, organisme responsable de son séjour au Karibe, qu’il ne souhaite pas revivre le même épisode. D’ailleurs, c’est pour cela qu’il se fait accompagner de son grand frère Alex, afin de s’assurer du bon déroulement du concert. Un moment d’amour et de retrouvailles exceptionnel que le comité organisateur veut honorer d'une réussite à tous les points de vue. En attente du concert pour ce samedi au Karibe, les responsables de Dream Promo affirment que les guichets sont pratiquement fermés. Il n'y a plus de tickets en vente. Seuls les six cent personnes ayant réservé leurs billets prendront place à bord de ce voyage féerique et remonteront au temps des chansonnettes.

Réagir à cet article