Chaophonies ou monologue d'un Guédé

Ce samedi 12 avril, le public de Port-au-Prince a découvert à son tour ¨Chaophonies¨, le spectacle poético-musical de Frankétienne et de Mark Mulholland. Des complaintes, des propos salaces, des hommages… sur un mélange de rock, de folk, tel est l'essentiel de ce show inédit.

Publié le 2014-04-14 | Le Nouvelliste

Ticket Mag -

Quelqu'un qui arrive au milieu du spectacle pourrait croire à un long monologue d'un guédé. Quand Frankétienne ne parle pas de cadavres, c'est d'orgasme qu'il entretient dans un niveau de langage dont peu de gens ont le code. Dans l'ensemble, Port-au-Prince, notre capital, est personifiée et fait l'objet de la part du poète de toutes les considérations. ¨Port-au-Prince, ville schizophonique, bavarde, infatigable¨. Les propos grivois ne manquent pas non plus: debouboune, deboundare… Frankétienne rend hommage au tambourineur Azor, disparu il y a deux ou trois ans. Dans la forme, l'oeuvre ne s'éloigne pas de l'écriture "spirale" qui lui est propre. La musique de fond, signée Mark Mulholand, est une fusion de rock, de folk,...rendue possible par une guitare sèche, une guitare électrique, un maracas,... Pour ceux qui connaissent Frankétienne, Chaophonies n'est pas très étonant. Toutefois, on salue l'initiative qui est en soi un mariage réussi entre une poésie inaccessible et une musique universelle.

Réagir à cet article