D’ici et d’aujourd’hui

17 groupes musicaux aux Gonaïves

Publié le 2014-02-11 | Le Nouvelliste

Culture -

Plusieurs groupes musicaux de toutes tendances (rap, racine, compas, rabòday) vont participer au carnaval 2014. Outre les grands ténors, habitués à cette grande réjouissance populaire, T-Vice, Djakout #1, Kreyol la, Barikad Crew, Rock Fam, Boukman Eksperyans, d’autres groupes issus du département de l’Artibonite, Chachou Boys, Simbi Extra seront aussi de la fête aux Gonaïves, ville qui accueillera les festivités. Les Port-au-Princiens, friands de plaisirs, et les Haïtiens de la diaspora feront le déplacement en grand nombre, espèrent les organisateurs du carnaval. Entre-temps, les Dj, depuis le 19 janvier, familiarisent le public avec leurs méringues durant les activités précarnavalesques. Seulement 17 groupes sur 124 participeront aux défilés des 3 jours gras les 2, 3 et 4 mars 2014. A partir de quels critères ces groupes ont-ils été choisis? Est-ce parce qu’ils sont habitués à faire trembler le béton ? Ou est- ce parce qu’ils connaissent les recettes qui font bouger des milliers de carnavaliers? Depuis quelque temps, le carnaval est une affaire politique. Les comités chargés d’organiser ces festivités écartent dans le parcours des groupes qui dénoncent les dérives des gouvernements qui nous dirigent depuis le départ de Duvalier en février 1986. On se souvient de « Monopoli », « Pawòl Tafia », des hits à succès du groupe racine Boukman Eksperyans et tout récemment « A loral » de Brothers Posse. Pourquoi le carnaval qui met en relief toutes les potentialités culturelles et artistiques de notre peuple, pourquoi le carnaval qui réunit toutes les couches sociales est-il devenu une activité où l’on fait passer les revendications les unes plus dérangeantes que les autres? Comment faire fusionner le plaisir et la réflexion dans des jours consacrés au défoulement, aux déhanchements incontrôlables, au laisser-aller? Ne peut-on pas trouver un autre moment pour tirer les oreilles à ceux-là qui nous dirigent comme la fête de Noël, par exemple, où chacun est appelé à regarder sa vie et la donner aux autres dans le partage, la compréhension et l’humilité? Le carnaval de cette année se déroulera autour du thème « Pote kole Pou yon Ayiti pi djanm ». Il arrivera dans moins d’un mois. Mettons au vieux placard ces querelles mesquines qui nous taraudent depuis 1804. Allons aux Gonaïves, la cité de l’Indépendance pour respirer à pleins poumons, à travers le plaisir, le geste épique de nos vaillants ancêtres qui étaient dans cette même ville, il y a deux siècles, pour fonder cette nation, ce pays où la négritude s'est mise debout pour la première fois.

Réagir à cet article