Le Festival café de Baptiste prend le large

Le Festival café de Baptiste grandit d’année en année. Un programme de plus en plus riche, beaucoup plus de participants pour le même objectif : encourager la production du café.

Publié le 2014-01-06 | Le Nouvelliste

Economie -

Baptiste, coin montagneux et reculé de Belladère, a été aux anges les 27 et 28 décembre 2013. En effet, pour la 5e fois, cette section communale, très connue pour son café, a accueilli la plus grande festivité jamais retenue dans l’arrondissement de Lascahobas pendant l’année. Sur le thème « Plantè yo se nanm peyi a ann kontinye sipòte yo », les organisateurs ont concocté une belle fête. Excursions, animations culturelles, championnat de football, conférence-débat, distribution de cadeaux, etc. tout a été fait à l’honneur du café, pièce maitresse de la production de la zone et des producteurs. Venus de divers coins de la section, d’un peu partout dans le département du Centre, de Port-au-Prince et de la diaspora, plusieurs milliers d’individus ont participé à la 5e édition de ce festival qui grandit d’année en année. Ils y ont été conduits par le désir de s’offrir de bonnes heures de réjouissance, supporter la production du café, faire de nouvelles connaissances et surtout faire du tourisme local. Les soirées… Environ 16 degrés Celcius. Pour ceux qui viennent de la capitale, la température est au plus bas. Mais il y a de quoi tenir bon. Alcool, musique…Il y a du plaisir dans l’air. Le compas et le « Rap kreyòl » ont été au rendez-vous. Environ une dizaine de groupes, des danseurs et des diseurs ont défilé sur la scène. Certains ont été à la hauteur et d’autres non. Avec les mix de DJ Constant, la place publique de Baptiste a été à son comble. Djakout mizik, groupe pressenti pour clôturer le festival, l'a assuré avec brio. En l'absence de Barikad Crew, empêché au dernier moment, l’équipe qui a frôlé la dissolution, a réussi à mettre le public en effervescence en un rien de temps. « Avec un punch remarquable, ils ont été percutants. » En interprétant des morceaux à succès sortis avant le départ des stars de Djakout # 1, le duo-lead a été bien au-dessus de toute attente. Réussir avec peu de moyens... « J’ai raté les quatre premières éditions, a laissé entendre un jeune fils de Baptiste qui réside à Port-au-Prince depuis son enfance. En participant à la 5e, je me rends compte de ce que j’ai raté. Je ferai en sorte de ne plus rater aucune. » Jeanne participe au festival depuis la 2e édition. Elle est artisan, elle fait des bijoux artisanaux. Elle est de Port-au-Prince. Sa participation, comme exposant, au Festival café de Baptiste lui paraît très intéressante. Elle vend beaucoup d’articles et fait de nouveaux contacts, a-t-elle avoué. Les habitants de la section communale sont très enchantés par cette initiative. « Nous sommes contents », a lancé un planteur de café. Par ailleurs, il a profité pour solliciter le support des autorités en vue de contrer la rouille qui dévaste les caféières de la zone. « J’éprouve une grande satisfaction, a indiqué Paulos Jean de l’Association pour une nouvelle image d’Haïti (ANIH). Nous avions aidé plusieurs milliers de gens à clôturer l’année sur une bonne note. Et nous avons réalisé le festival avec très peu de ressources. Moins de 15% du budget. » Par ailleurs, M. Jean a souligné que, cette année, le festival a eu une rubrique sanitaire grâce su support de Volontariat pour le développement d’Haïti (VDH) et du Dr Katia Pétion. « On a organisé des séances de dépistage du VIH/SIDA et de sensibilisation aux IST et aux maladies d’origine hydrique. » En outre, M. Jean a fait remarquer qu’un ensemble de 30 porcs ont également été distribués aux planteurs. « Question de les inciter à marier l’agriculture à l’élevage ». Par ailleurs, il a souligné que n’était le support, entre autres, du sénateur Simon Dieuseul Desras, des produits Actimed, Boulangerie Caprice, de la mairie de Belladère, le festival ne serait pas réalisé. Le Festival café de Baptiste est organisé par l’Association nouvelle image d’Haïti (ANIH) en partenariat avec l’Association des fervents samaritains (AFSAM) et l’Institut de consultation, d'évaluation et de formation pour le développement agricole (ICEF-DA), MPP et l'Union des coopératives caféières de Baptiste (UCOCAB). Le Festival café vise à encourager la culture du café à Baptiste. « Et encourager automatiquement à protéger la source qui alimente la rivière Onde verte, a ajouté Paulos Jean. Une rivière de grande importance énergétique et Agricole. » Considérant ces objectifs, M. Jean fait remarquer que le Festival café ne concerne pas que Baptiste. « Mais tout le Plateau central, dit-il. J'invite tous les citoyens du pays et du Plateau central à prêter main-forte en vue d'atteindre ces objectifs. »

Gladimy Ibraïme gla2000x@yahoo.fr @GladimyIbraime Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article