Jeudi 30 octobre 2014





NATIONAL
1913-2013

Cent bougies pour l'école Elie Dubois

Le Nouvelliste | Publié le : 03 décembre 2013

L’école Elie Dubois a célébré mardi 3 décembre, en la chapelle Saint-Louis de Gonzague, le centenaire de sa fondation. En cette occasion, une célébration eucharistique a eu lieu en l’honneur de saint François Xavier, en présence des membres de la direction, le personnel, d’anciennes et actuelles élèves de l’institution et des parents aussi motivés à cette cause. Reportage. 8h30. Les membres du comité d’accueil sont à la hauteur de la tâche qui leur est confiée. Les filles sont courtoises. Elles offrent aux invités le programme. L’assistance attend gentiment dans l’enceinte. Quelques poussières de minutes filent. Les officiants prennent siègent. L’ambiance est solennelle. On entonne en chœur le chant d’entrée : « Voici le jour que le Seigneur a fait…Qu’il soit pour nous un sujet de joie.» Cette messe d’action de grâces dite par Monseigneur Kénel Alphonse, axée sur les vertus de saint François Xavier, considéré comme un missionnaire infatigable, tient l’assemblée en haleine. Le célébrant profite de cette occasion pour vanter les mérites de l’éducation catholique. Dans l’enceinte de la chapelle pleine à craquer, la joie est manifeste et sied à la dimension de la célébration d’un établissement scolaire qui a su former des générations de femmes du pays. La chorale du centenaire, composée de jeunes filles de l’institution, maintient l’atmosphère de solennité de départ. Avec la même finesse, elle continue de bien jouer sa part et attire avec des morceaux choisis en la circonstance. Depuis sa création en 1913, le staff de direction d’alors s’est assigné la mission d'agir avec circonspection en faveur d'une école multiconfessionnelle avec le leitmotiv de toujours viser l’excellence. Accrochée à cet idéal, l’institution est aujourd'hui une référence et compte parmi les plus prestigieuses que le pays ait connues. La directrice de cette institution centenaire, sœur Josette Saint-Louis, pour sa part, est heureuse de souffler les cents bougies d’une école ayant contribué à la formation de nombre de générations d’Haïtiennes. De sa voix parcourue d’émotion, elle ne cesse pas de présenter ses remerciements à Dieu et à tous ceux qui ont rendu possible cette célébration. Après cette célébration eucharistique, une bonne partie de l’assistance se dirige vers les locaux de l’établissement se trouvant de l’autre côté de la rue du Centre pour partager un verre d’amitié en l’honneur de saint François Xavier, le patron de cette école aujourd'hui centenaire.


Lord Edwin Byron
lordbyron@lenouvelliste.com

Réagir à cet article












Haut de la page

L'EDITO

Pourquoi Michel Martelly voyage-t-il autant ?

Le président Michel Martelly est en Allemagne, puis se rendra en France. Une partie de son séjour est officiel à Berlin. L’autre, à Paris, rentre dans le cadre d’une visite de travail. Dans les deux principales capitales européennes, le président haïtien sera reçu par les chefs des deux Etats. La chancelière allemande, Angela Merkel, et le président français, François Hollande, réputés avares de leur temps, lui accorderont audience. Michel Martelly représente Haïti au cours de ses voyages. Il vend, cherche à le faire tout au moins, l’image d’un pays qui veut redevenir un partenaire acceptable du monde, des grands pays comme de ceux de la coopération Sud-Sud. La tâche est ardue tant l’image, notre image de peuple et de nation, est cabossée. Le président est comme…


la Une du 30 octobre 2014