Les femmes et l'effort de guerre: Ordonnance de Dessalines du 20 janvier 1804

Publié le 2013-09-12 | Le Nouvelliste

Idées & Opinions -

En février 2010, Julia Gaffield mettait la main aux Archives nationales de Londres sur une impression (in octavo) datant de 1804 des trois textes fondateurs d'Hayti. Un an après, elle trouvait toujours à Londres une autre impression cette fois en format affiche. Depuis lors, malgré les appels de plus d'un, les instances culturelles gouvernementales d'Haïti n'ont pas jugé bon de dépêcher une mission en Angleterre pour explorer à la loupe cette mine au trésor qui regorge de textes inédits sur la genèse de notre pays. Il y quelques semaines, Julia Gaffield retournait à Londres et de nouveau fit une découverte importante, un inédit, une ordonnance de Dessalines concernant la place des femmes dans le nouvel Etat en gestation. http://haitidoi.com/2013/08/09/post-independence-labor-and-migration-restrictions/ On est en janvier 1804, Hayti est indépendante, mais à l'est la France est menacée. La guerre est encore dans nos murs et les hommes valides sont mobilisés. Comme c'est le cas dans des moments pareils, la production agricole est assurée par les femmes. Dessalines prend alors les mesures nécessaires pour pallier la situation. Sans rentrer dans l'analyse historique, politique et linguistique du texte, force est de constater que les femmes dès 1804 sont appelées à jouer un rôle prédominant tant du point de vue économique que sociologique (politique de genre?) dans notre devenir de peuple. Il s'agit de marchandes dans le texte, élément clef du nouvel Etat, n'est-ce pas la même situation que celles d'aujourd'hui. En présentant au public haïtien cette ordonnance du 20 janvier 1804, je lance encore une fois un appel aux autorités du pays. Une mission culturelle s'impose sur les rives de la Tamise, l'ambassadeur de sa majesté n'a-t-il pas fait une invitation formelle au gouvernement haïtien dès 2011. Y a-t-il d'autres inédits aux Archives de Londres? Une mission officielle seule le dira. Pour terminer, question de méthodologie, voici la chronologie des lois et actes des nouveaux libres, telle qu'établie par Linstant de Pradine. L'ordonnance du 20 janvier théoriquement aurait dû apparaître après le no 6, en plein milieu des arrêtés et actes qui façonnent notre identité. No 4. 1804-01-02 Arrêté relatif au costume. L'état de guerre implique une discipline militaire rigoureuse; No 5. 1804-01-02 Arrêté qui résilie les baux à ferme. Il faut exproprier les anciens maîtres; No 6. 1804-01-14. Décret du gouverneur général qui accorde une récompense aux capitaines des bâtiments américains qui ramèneront des Haïtiens dans leur patrie. Hayti se fait le champion de la lutte anti-esclavagiste; No 6b. 1804-01-20 Ordonnance du gouverneur général sur les marchandes et la culture... Il faut nourrir la population; No 7. 1804-01-25. Acte qui nomme le gouverneur général Jean-Jacques Dessalines, empereur d'Haiti.

ORDONNANCE Du 20 janvier 1804, an 1er de l'indépendance d'Hayti LE GOUVERNEUR GÉNÉRAL Considérant que depuis la dernière guerre, beaucoup de bras ont été arrachés à la culture, notamment les jeunes femmes créoles, pour se réfugier dans les villes et bourgs, se disant Marchands ou Marchandes; ordonne : ARTICLE PREMIER Tout individu, ci-devant attaché à la culture, devra pour exercer sa profession de Marchand, obtenir des Commandants de Place et d'Arrondissement, un certificat qui atteste qu'il a des moyens suffisants; faute de quoi, il sera renvoyé, sous les vingt-quatre heures, sur l'habitation où il était attaché. ART. II Les femmes attachées aux officiers et soldats, comprises dans les dispositions du présent Arrêté, seront assujetties à la même décision. Les Généraux commandant les Départements, les Commandants de Place et d'Arrondissement, tiendront la main à l'exécution de la présente Ordonnance; et , ce, sous leur responsabilité personnelle. Fait au Quartier Général du Port-au-Prince, le 20 janvier 1804, An premier de l'indépendance. Le Gouverneur Général, Signé. DESSALINES
Patrick Tardieu, bibliothécaire Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article