Jeudi 29 septembre 2016









SANTE

Mes souhaits et voeux pour cette nouvelle année.

Mon dit


 Une fois encore, j’obéis à cette charmante tradition qui est de souhaiter de bonnes choses pour la nouvelle année. Elle permet, en outre, de faire un peu de rétrospection pour déterminer certaines faiblesses et espérer pouvoir les combattre quand elles dépendent de vous. Les voici donc sans plus tarder !

Je souhaiterais que la coopération cubaine,  au niveau de la santé, ne soit plus de la poudre aux yeux. L’expression est excessive, il est vrai, et porte à croire que rien de bon ne sort de cette coopération. Non, ce n’est pas vrai, mais c’est là le problème, il y a trop de « mais »,  qui sont autant de questions qui restent sans réponse. Par exemple : pourquoi, malgré cette coopération, on continue d’avoir cette carence de spécialistes dans tous les hôpitaux ? La coopération ne devrait-elle pas en fournir ? Pourquoi quand il y a des spécialistes n’y a-t-il pas de matériel ? Pourquoi, dans certains hôpitaux, les Cubains ne font pas de garde et travaillent simplement de 8h à 2h, obligeant ainsi l’institution à référer lorsqu’arrivent les urgences le soir ? Passons au souhait suivant !

Je souhaiterais qu’il y ait plus de civisme chez les boursiers de l’UEH du secteur de la santé. En effet, vis-à-vis de la nation, ils sont en position de débiteur et n’ont en aucune façon celle du créancier. Je ne comprends pas ce boursier qui, finissant sa formation en France par exemple, refuse de revenir au pays grâce auquel il a eu sa bourse, sous prétexte que ce dernier n’a pas suffisamment d’argent pour le payer. Et là, je salue la petite hypocrisie de ces nations « amies » qui nous aident en retenant nos cerveaux qu’elles sous-emploient tout en nous envoyant leurs spécialistes aux compétences plus que douteuses. J’ai donc une pensée spéciale pour le Canada qui nous dépouille de nos infirmières, et ce n’est pas là le moindre de ses coups bas…

Ce civisme, je le quémande aussi au niveau de mes confrères travaillant dans les institutions sanitaires publiques comme, par exemple, cet hôpital qui possède plus de trente spécialistes et tarde toujours à fournir un service des urgences digne de ce nom. Que les excuses de leur inaction soient plus sérieuses que celles du genre : il n’y a pas de parking, donc les « docs » ne peuvent pas venir, car où vont-ils garer leurs véhicules ? J'en profite ici pour envoyer mes félicitations aux responsables de l’HUEH pour le service des urgences : il y a une nette amélioration. Cependant, il faut faire plus d’effort, mais ils font montre d’une volonté progressiste.

Mes souhaits vont maintenant aux organismes de formation des professionnels de la santé. Que les cours qui y sont dispensés suivent la logique de produire des professionnels aptes non seulement à fournir une prestation adéquate, mais aussi capables de produire les réflexions nécessaires en vue de l’amélioration de cette dernière! Une pensée toute particulière pour les écoles d’infirmières : qu’elles mettent un peu moins l’accent sur la tenue vestimentaire de leurs élèves, en particulier la coiffure, et qu’elles s’activent à fournir une formation en un nursing responsable qui se verra enseigné essentiellement par des infirmiers! Je l’ai mis au masculin, car il est temps que disparaisse la discrimination de genre qui entoure cette profession et qu’elle s’ouvre réellement aux hommes ! (tiens, on pourrait faire de même pour le secrétariat, la bureautique, le tikecting…)

Et enfin à vous tous, fidèles lecteurs, qui ne ménagez point votre soutien, je souhaite une bonne année en santé ! Je n’ai pas peur de faire ce vœu, car il ne se réalisera pas ! Vous imaginez bien que si tout le monde se retrouve en bonne santé, je serai, avec mes confrères, carrément sur la paille : la médecine est une de ces professions qui vivent du malheur des autres. Pas de panique, il y a pire que nous : les avocats et surtout les entrepreneurs de pompes funèbres…











AUTEUR
Dr Philippe DESMANGLES ; pdesmangles@yahoo.fr

Réagir à cet article

Les commentaires sont modérés

Chaque contribution postée est soumise à modération. Vous pouvez alerter l'équipe du Nouvelliste, d'une contribution qui vous semble ne pas respecter notre charte en cliquant sur le bouton << Voter contre >>, présent sous chaque commentaire. Notre équipe sera automatiquement prévenue et fera le nécessaire.

La charte de moderation












Haut de la page