Livres en folie

Aristide, Préval et Martelly, « trente ans de mauvaise gouvernance »

Publié le 2017-06-13 | Le Nouvelliste

National -

Le secrétaire de rédaction du journal Le Nouvelliste, Lemoine Bonneau, signe cette année son nouvel ouvrage « Haïti 1986-2016, trente ans de mauvaise gouvernance ». Dans ce livre, il passe en revue la présidence de Jean-Bertrand Aristide, de René Garcia Préval et de Michel Martelly. Lors de son passage à la matinale de Magik9 ce mardi, il a expliqué avoir mis l’emphase sur la thématique de la gouvernance en considérant les attentes du peuple haïtien au lendemain du 7 février 1986. « Tout le monde attendait un changement. Celui-ci devrait passer par une gouvernance normale. Qui puisse combler les attentes de la population », explique-t-il. Selon Lemoine Bonneau, la mauvaise gouvernance se caractérise par la mauvaise gestion des présidents qui se sont succédé. À cet effet, il souligne avoir analysé l’ensemble des critères politiques, économiques et institutionnels avant d’arriver à ses conclusions. « J’ai pris en compte les élections, la stabilité politique, la création de richesse, le fonctionnement du pouvoir législatif et du pouvoir judiciaire, etc. », a-t-il fait savoir. Le secrétaire de rédaction du Nouvelliste assure que son ouvrage contribuera à poser les diagnostics de cette tranche d’histoire et de sensibiliser la société à la nécessité de bien gouverner. « Ces trois présidents ont gaspillé le pays(…) Ils ont créé des crises, ils les ont perpétuées. Or, ils ont été élus pour créer des conditions pour le fonctionnement du pays », a expliqué Lemoine Bonneau. L’auteur ne fait pas d’abnégation pour le Parlement haïtien qui, selon lui, a sa part de responsabilité dans cette débâcle. Toutefois, nuance-t-il, si le Parlement ne remplit pas sa mission, le président haïtien doit jouer son rôle de garant de la bonne marche des institutions. Sur la question de l’organisation des élections, Lemoine Bonneau a fait remarquer qu’Aristide, Préval et Martelly n’ont jamais réalisé de bonnes élections. « Ils ont tous tenté de prendre le contrôle des CEP. Ils n’ont jamais respecté les échéances électorales non plus », argue-t-il. Par ailleurs, l’éditorialiste du quotidien de la rue du Centre a énuméré les entorses à la bonne gouvernance des 3 présidents concernés. « Jean-Bertrand Aristide n’a pas résolu la crise électorale de 2001, ce malgré les 22 missions. Il n’a jamais réalisé une bonne élection. René Garcia Préval a, lui aussi, réalisé des élections frauduleuses en 2009. Les élections de 2010 n’ont pas échappé à cette règle. Michel Martelly, lui, enchaine les crises dès son accession. Il est parti sans passer l’écharpe à un président élu », énumère-t-il. L’ouvrage « Haiti 1986-2016, trente ans de mauvaise gouvernance » sera en signature à « Livres en folie » les 15 et 16 juin dans les jardins du MUPANAH.

Réagir à cet article