Cayes, coopération Haïti-Taïwan et travaux agricoles post –Matthew

Publié le 2017-03-20 | Le Nouvelliste

Economie -

Dans la logique de diffusion d’information / vulgarisation, d’une part, et la sensibilisation des planteurs, d’autre part, une journée de champ a été organisée par le projet en date du 19 février 2017, dans la localité de Lomond, à Torbeck. Environ 350 agriculteurs ont pris part à cet événement et ils ont exprimé leur gratitude envers le ministère de l’Agriculture et la Coopération taïwanaise en Haïti pour toute l’assistance dont ils ont bénéficiée après le passage de l’ouragan Matthew. Énel André Lima a fait savoir que cette campagne de haricot lui était très bénéfique, car elle lui a permis de produire au moindre coût, de subvenir aux besoins de sa famille et de relancer d'urgence la production après ce cyclone. Il a salué les contributions du projet en suppléance de semences gratuites, en solide formation et en encadrement technique par les agronomes extensionnistes. Il a, par la suite, remercié la coopération haïtiano-taiwanaïse pour le financement de cette transition et réitère le souhait d’un financement d’une troisième phase d’activités pour conserver les acquis déjà obtenus tant dans la base de Perrien que dans les aires d’intervention du projet. Pour Yves André Eugène de l’Association des irrigants de Dubreuil (AID), cette transition permet d’améliorer considérablement les conditions socioéconomiques des planteurs bénéficiaires, car elle leur a permis de générer des revenus à très court terme pour subvenir aux besoins de leur famille. Grâce au projet, il dispose du capital pour acheter des matériaux de construction pour refaire sa maison détruite par l’ouragan. Pour sa part, Jean Luxerne Morose estime que la disponibilité en semences certifiées permet de mieux regrouper la production et de bien planifier la récolte. Grâce à ces itinéraires techniques de production du haricot adopté par le projet, les planteurs voient réduire les coûts de plantation, augmenter la productivité agricole et améliorer les niveaux de revenu. Il soutient que les bénéficiaires ne vivent que de l’agriculture et contribuent relativement à la production nationale. Pour ce, il souhaite que les gouvernements d’Haïti et de la République de Chine (Taïwan) considèrent la continuité de la coopération agricole dans la plaine des Cayes. Soulignons que, depuis 2009, la coopération taïwanaise travaille de concert avec le ministère de l’Agriculture d’Haïti pour fournir un encadrement agricole de qualité aux planteurs de la plaine des Cayes. En octobre 2016, quand l’ouragan Matthew venait de dévaster la région Sud dans tous ses aspects naturels et socioéconomiques, le deuxième projet de cette coopération, en l’occurrence le projet de coopération pour le développement de la filière céréalière dans la vallée des Cayes, était exactement dans son dernier trimestre d’exécution, celui d’octobre à décembre 2016. En attendant que les représentants des gouvernements haïtien et taïwanais se prononcent définitivement sur les travaux agricoles à entreprendre dans la région, à moyen et long terme, par cette coopération bilatérale, le bureau de Taïwan-ICDF (Fonds de Taïwan pour la coopération internationale et le développement) a fourni une aide financière d’environ six cent mille dollars américains pour cofinancer avec le ministère de l’Agriculture le projet d’urgence agricole post-Matthew dans la plaine des Cayes, jusqu’au mois de mai 2017. Ce projet d’urgence a pour principal objectif un recouvrement rapide des impacts de l’ouragan Matthew subis par les agriculteurs de la zone d’intervention de la coopération. En particulier, il consiste à promouvoir respectivement les cultures du riz, de maïs et de haricot, sur une superficie approximative de 2 400 hectares. Dans cette optique, des distributions de semences ont été effectuées, d’abord pour la campagne d’hiver de haricot (40 tonnes, au total); ensuite, pour les campagnes de printemps de riz et de maïs, à raison de 25 tonnes pour chacune de ces cultures. Finalement, le projet fournit des services d’assistance divers en subvention d’engrais, en formation, en mécanisation agricole et en ingénierie de l’eau (réhabilitation et / ou curage des canaux d’irrigation, gestion de l’eau). S'agissant de la campagne d’hiver de haricot, des jardins de démonstration ont été également réalisés, aux fins de vulgarisation des techniques modernes de plantation aux planteurs des différentes localités bénéficiaires. Le paquet technique prôné inclut, entre autres, les points suivants : des séances de formation sur les techniques de production; un labour mécanisé ou attelé permettant d’ameublir le sol et de lutter contre les mauvaises herbes; une distance de plantation de 60 cm X 15 cm, soit 111111 plants / ha; utilisation d’un grain de semence par poquet; utilisation d’un lot de semences améliorées du projet; deux désherbages manuels, puis binage bien avant la floraison; une application phytosanitaire contre les pestes; une utilisation de fertilisants chimiques (12-24-24 et urée 46 % N) d’environ 180 kg / ha.

Réagir à cet article