« An n leve », lance Robinson Auguste

PUBLIÉ 2021-03-30


Depuis sa participation à Ticket Max Académie en 2003 où il a été finaliste, Robinson Auguste a sorti deux albums, « Message » en 2006 et « Notre Planète » en 2014, sur lesquels on retrouve des collaborations avec entre autres BIC, Jean Jean Roosevelt, Éric Charles, Renette Désir, Rutshelle Guillaume, Nadège Dugravil. Le natif de Léogâne n'a jamais lâché la scène et son micro depuis. Il nous revient cette année avec « An n leve », qui se veut « une invitation à se soulever contre le système qui garde le pays dans la précarité », selon la voix de « Marre de la guerre ».

« An n leve, pou peyi n demare », reprend le refrain de la chanson sortie le 17 mars dernier. Le texte, sur un instrumental compas, est le cri d'un fils authentique qui a fait choix de rester au pays malgré tout. « Ban m yon ti chans pou mwen viv. Ban m yon chans pou m pa regrèt. Ban m yon ti chans pou m rete lakay mwen. Mwen renmen peyi mwen. Mwen vle viv nan peyi mwen. Mwen chwazi ret lakay mwen, pandan m te ka viv laba », chante Robinson Auguste.

Accepter les conséquences de son irresponsabilité n'est pas une habitude chez nos dirigeants. À travers « An n leve », Robi, comme on le surnomme, invite nos élites à adopter ce comportement. « Si pwojè w se pa pwogrè, si w pa vin travay pou pèp konpè, pa met pye w,  lage pye w », telles sont les paroles d'un bridge de ce morceau de 4 mn 25s.

« An n leve »  est une invitation adressée à tous ceux qui sont conscients qu'un pays ne peut pas fonctionner ainsi. Que ce n'est pas une bonne façon pour des dirigeants de gérer leur population. Faisons entendre notre voix pour qu'ils sachent que nous n'acceptons pas notre situation comme peuple. Situation causée par un effritement des valeurs et le fait de ridiculiser ceux qui y sont attachés », tance Robinson Auguste.

« An n leve » s'ajoute à une liste de chansons proposées par nos artistes depuis quelque temps pour dénoncer la situation actuelle du pays et inviter les citoyens à se réveiller.

Diery Marcelin dierymarcelin@yahoo.fr



Réagir à cet article