Linda Chalvire Delain et Patrick Derival, KDC 91, le duo qui veut défendre l’honneur du Sud

PUBLIÉ 2020-12-18
L’équipe KDC 91 s’est inscrite au concours en apprenant par un tiers que personne dans le Sud n’a manifesté le désir de participer à KDC. Ils se sont jetés à l’eau les voici au bout de l’aventure !


Contrairement aux autres départements, le Sud n’a pas d’emblée manifesté d’intérêt pour KDC. Linda sera mise au parfum du concours par John Bob Marcelin, le chef d’une sorte de collation de danseurs dans le Sud.  Ce dernier lui fait savoir que personne n’en a manifesté le désir. “En tant qu’une Cayenne fière  j’en ai convaincu Patrick de me retrouver dans cette bataille pour l’honneur”, confie-t-elle.

Patrick a dit oui parce "qu'on ne dit pas non à une femme" ; mais au fond de lui, la peur tempête, car entre lui et le compas, il n’y a jamais eu de l’amour. "Je suis danseur de ball-room et de traditionnel. Ma peur du compas est telle que je me dérobe à chaque fois qu’on lance une musique de ce rythme sur la piste", avoue le danseur qui fait du mieux qu’il peux pour affronter sa crainte. Aujourd’hui, grâce à KDC, il est tombé amoureux de la danse compas et a plein d’idées pour l’avenir. Il voudrait d’ailleurs avoir le niveau de Cliford et de Gaëlle Jasmin un jour.

C’est Linda qui a fait choix de "Oupila", hit de Magnum Band, pour participer à la finale. "Je supporte tellement l’esprit de KDC ! Pour moi, c’est un mouvemnt pour l’émancipation d’une musique, d’un pays, d’une culture. Par conséquent, je n’ai pas trouvé mieux que ce texte qui parle de valeur pour illustrer ma conviction”, explique-t-elle. Patrick, qui est dans la trentaine et n’était pas vraiment fan du groupe aux frères Pasquet, a appris à se connecter à ce morceau.

Les deux participants, après la finale, souhaitent pouvoir continuer à faire profiter à leur département de ce qu’is ont appris dans le cadre du concours.



Réagir à cet article