Tanama au coeur d'une campagne de la marque Timberland

PUBLIÉ 2020-11-16
Depuis le mois d’octobre, le personnage Tanama de l’illustrateur haïtien Thony Louis alias Aton a rejoint la campagne « Nature needs heroes » de la marque Timberland. La plus grande fierté de l’artiste réside dans le fait qu’un égrégore de femme des Caraïbes puisse être à la fois ambassadrice de nos planteurs, mais aussi promotrice de premier ordre du reboisement.


L’histoire même de la création du personnage Tanama est digne d’une fable qui ferait un joli livre de contes voire inspirerait un film de science-fiction. C’est depuis que Aton, le père de Djatawo (premier super héros haïtien qui avait sa série dans Le Nouvelliste), effectuait ses études dans la fameuse Altos de Chavon chez nos voisins qu’il s’en est inspiré, il y a quelque 8 ans. « L’école, dit-il, se retrouve dans un paysage hyper verdoyant et renferme  un lieu de mémoire des premiers peuples. Je me disais alors pourquoi ne pas créer une héroïne qui soit une jonction entre ces deux aspects. D’autant plus que j’avais marre du caractère punissant, péjoratif qu’on attribue en général à dame Nature ». Le personnage qu’il baptise Tanama (papillon dans une des langues des premiers peuples de l’île) voit le jour et s’est cantonné pendant huit ans que dans ses cahiers de dessins.

C’est la rencontre avec Hugh Lock, un Canadien fan de son travail, qui fera sortir la super héroïne de son laboratoire. « Ce Canadien qui m’a découvert grâce à un article du magazine Challenges a fait en sorte de me rencontrer. Puisqu’il aime mon travail, naturellement notre conversation tournait autour de mes personnages. Et je lui ai parlé de Tanama sans savoir qu’il cherchait justement un personnage de cet ordre-là ». En effet, Hugh fait partie d’une plateforme du nom de « Small holder farmers », alliance qui a le mérite de remettre Haïti sur la carte de production du coton.

Telle une banque de grains, cette structure avec des antennes à travers le monde sert de liaison entre des planteurs n’ayant pas de grands moyens et Timberland, le géant mondial de la confection de bottes. Hugh a donc trouvé en Tanama la mascotte idéale pour symboliser le travail des planteurs.

Pour lancer les premières publications concernant le personnage, Aton est donc allé frapper aux portes de l’ambassade des États-Unis, de Prodev et de She Builds qui ne se font pas prier pour monter le projet. Des ONG aussi ont rencontré l’artiste pour pouvoir utiliser Tanama dans leurs campagnes de reboisement.

Et s’en est venue la pandémie mondiale. Tanama devient une source inépuisable de renseignements. Plusieurs billboards, flyers ont été posés à travers la ville. Cette campagne s’est étendue sur Internet aussi. Hugh encouragera Timberland à l’intégrer dans sa campagne « Nature needs heroes ». Ce à quoi le grande marque répond par l’affirmative. Ce oui entraînera l’artiste à la tribune de l’université SUNY Purchase (New York). « J’étais étonné de voir combien l’auditoire était captivé par le personnage. Puisque je suis daltonien, c'est-à-dire que je ne perçois pas toutes les couleurs, j’en ai profité pour travailler avec certains étudiants sur celles de Tanama », explique Aton, heureux.

La campagne qui dure 18 mois suppose que l’artiste voyage pour faire parler son personnage du reboisement, des planteurs haïtiens, de ses expériences personnelles… « C’est une joie pour moi que dans les présentations on donne plus de temps à la super héroïne que moi. Ma plus grande fierté, c’est de voir qu’un égrégore de la femme des Caraïbes, d’Haïti, projeté en premier plan dans une campagne d’une telle envergure », témoigne Aton qui a aussi conçu une vidéo avec l'aide de Jane Wynne de Wynne Farm Foundation.

Grâce à cette mise en lumière, une autre ONG du nom de Caribbean Tree planting s’est tournée vers cette version solaire de dame Nature pour son projet de planter 1 million d’arbres dans les Caraïbes.

Trop heureux de cette percée fabuleuse, Aton envisage en décembre d’offrir au public haïtien 800 exemplaires de la bande dessinée qui est déjà disponible en ligne pour consultation sur tanamaproject.org.



Réagir à cet article