Konpè Filo, le départ d'un grand combattant

PUBLIÉ 2020-07-31
Le journaliste de carrière Anthony Pascal, plus connu sous le nom de Konpè Filo, est décédé ce vendredi 31 juillet. Konpè Filo officiait à Radio Haïti Inter avant de passer ses dernières années à Radio-Télé Ginen. L’icône de la presse haïtienne, décédé en cours de route alors qu’on le transportait à l’hôpital universitaire de Mirebalais, avait 67 ans.


« C’est la perte d'un homme extraordinaire ! », confie Liliane Pierre-Paul, la reine de la presse qui a accepté de répondre à nos questions tandis qu’elle était à deux doigts de commencer son journal de 4 heures sur Radio Kiskeya. « Filo se moun pa m, mwen se moun pa Filo, se yon zanmi, yon fanmi, yon konpayèl, yon konbatan ki ale », ajoute la journaliste senior, la voix cassée par l'émotion. Elle revient avec détails sur leurs rapports qui ont commencé dans les années 70 ensanglantées par le régime Duvalier qui excellait dans l'art de brider la parole.

« On est tous les deux à Radio Haiti Inter. C'est à l'époque une forteresse où le combat contre l'arbitraire se faisait chaque jour. Le régime est passé à la répression. On arrive donc à la fermeture de la radio et l'arrestation de ses membres. On en relâche quelques-uns et les autres dont Filo et moi avions été torturés et forcés à l'exil. Là-bas on continue avec nos engagements. On revient au pays et on réintègre pour un court temps Haïti Inter avant d'aller chacun sur son chemin. Lui vers Radio Ginen et moi vers Kiskeya. Mais nos rapports sont toujours restés soudés », explique-t-elle.

Son feu ami a commencé dans le théâtre avant de devenir un journaliste de premier plan. Le nom « Konpè Filo » lui vient de sa participation à une adaptation de « Antigone ». Il était d'une discrétion totale selon la présentatrice. « Tu ne sauras pas s'il a faim ou soif, s'il est malade ou pas. La rumeur folle qui a couru sur son état de santé au début du mois en est la preuve. Ce n'est pas le genre de personne qui va t'appeler pour se plaindre », témoigne-t-elle. Pour elle c'est le vodou qui a donné à Konpè Filo cette capacité de tout supporter. « Il pardonnait à ses ennemis dont ceux qui nous ont torturés, quelque chose dont je suis carrément incapable », dit Liliane. C’était aussi quelqu’un qui aimait la vie, d’où le remords de la journaliste de le voir partir à tout juste 67 ans.

Jean Lucien Borges, directeur de la Télé Ginen où travaillait jusque-là le célèbre présentateur, trop cassé par l'émoi, ne pouvait nous dire grand-chose. Il a quand même laissé entendre qu’il s’agissait de la mort d'un ami de longue date et de quelqu'un de très profond.

La mort de Konpè Filo est une grande perte pour le vodou, selon Vélina Charlier, impératrice de Lakou Souvenance. « Konpè Filo allait au-delà du folklorique. Et pour cause, il était hounsi (initié d'un lakou) à Souvenance et était également serviteur à Soukri. C’était quelqu'un qui était assez imprégné de la spiritualité vodou d'où cette douceur, cette sérénité qu'il dégageait. Moi, personnellement, j'aimais être en sa présence. »

Vélina nous apprend que le journaliste est avec sa mère Géralda Élysée membres fondateur de la structure Zantray. C'était quelqu'un qui était très concerné par les arbres. Il effectuait des recherches en permanence sur l'agriculture. Il s’est ligué pour cela avec l’agronome Talot Bertrand.

Konpè Filo a commencé a fréquenté la productrice Rachèle Magloire au début des années 80.  Rachèle, qui a grandi à Montréal, le croise dans cette ville où il s'est retrouvé en exil. « Ensemble on a fait des émissions ; on a continué le mouvement », confie-t-elle. Tous les deux reviennent au pays l'un après l'autre dans la foulée du départ de Jean-Claude Duvalier. « Chacun a suivi sa route. On se croisait moins qu'avant, mais nos rapports n’ont pas refroidi pour autant », ajoute la productrice.

Konpè Filo doit définitivement rester dans notre mémoire comme un amant indéniable de culture haïtienne, du vodou… Maggie Rigaud, propriétaire de Presse Café, parle avec douleur de son ami de longue date en ces termes : « Il aimait les soirées de Ju Kann. Il participait à tout ce que je fais. C'est quelqu'un d'éminemment humain, d'inoffensif ; il ne s’attachait à rien ou plutôt il donnait tout ce qu'il avait de meilleur. » Elle explique que sa douleur est très intense parce qu'il lui a parlé au téléphone il y a 4 jours. « Comme d'habitude il ne m'a pas dit qu'il souffrait. On s'est pourtant vu il y a deux semaines. Je mettrai longtemps à me relever. Je suis abattue. Je ne suis pas sûre que je rencontrerai quelqu'un comme lui », déclare-t-elle.

Berthony Raphaël, alias Berthony Havana, voit dans la disparition de Konpè Filo une perte énorme pour la langue créole. « Même si je ne suis pas de sa génération, je sais pertinemment que lui et Liliane sont les premiers à avoir osé des éditions de nouvelles en créole. Ce qui n'était pas acceptable à l'époque », conte-t-il. En 2102, l’organisateur d’événements a organisé une soirée intitulée « Le parcours d'un combattant » pour lui rendre hommage. Des artistes du milieu engagé dont Jean Jean Roosevelt y ont participé.

Sur Internet aussi les réactions ont plu. Le président Jovenel Moïse a tweeté : « Un mapou est tombé et la douleur est ressentie dans tous les Lakou. Konpè Filo, de son vrai nom Anthony Pascal, nous a quittés. Nous perdons un grand promoteur de notre culture. Je m'incline devant sa dépouille et présente mes sympathies à sa famille et ses compagnons de route. »

Le poète Manno Eugène a déclaré sur Facebook : « Konpè  Filo ! Nouvèl la fènk tonbe. Bon vwayaj kanmarad ! Nou se fèy sèch nan van vante. Wongòl o, w ale. Depi devan w ou wè kouman peyi a chanje. Wou pran devan, w a pote nouvèl ale vini pou nou. Woukoukou ! Woukoukou ! »

La Miss Vidéomax Ange Bellie Andou a publié une photo avec ces mots : « Tout krèm yo fin ale, se krèy ki rete. Kòman nou ta fè bliye w, Konpè Filo ? Ou make tout moun ou kwaze, piti kou gran ! Si tout moun te konn tande w ap pale, byen petèt yo ta chanje. Hummm... Gad jan mwen tris... »

Frantz Duval, rédacteur en chef du Nouvelliste, a fait remarquer que Konpè Filo laisse ce monde en la date d'anniversaire de naissance de Jean Dominique avec qui il a collaboré au sein de Haïti Inter. « Ce 31 juillet, jour de l’anniversaire de naissance de Jean Léopold Dominique, icône de radio Haïti Inter, devient le jour de la mort de Konpè Filo, Anthony Pascal, journaliste vedette de Radio Haïti Inter », peut-on lire sur son compte.

Pradel Henriquez, actuel ministre de la Culture et de la Communication, dans une note en circulation, a déclaré : « De toute l'histoire contemporaine de la presse en Haïti, entre l'avant-Duvalier, 1986, et nos jours, Anthony Pascal dit Konpè Filo est resté jusqu'à sa mort, en ce 31 juillet 2020, parmi l'un des journalistes les plus dignes, les plus humbles et les plus incorruptibles. »

Konpè Filo, toujours souriant, toujours à l'écoute de ses invités à l'émission « Kalfou » va beaucoup manquer au paysage de l'audiovisuel haïtien. C'était une voix traduisant le calme olympien qui habitait un être qui pourtant a dû se battre contre l’arbitraire. On lui souhaite de retrouver le pays des ancêtres dans la joie. On présente nos sympathies à sa famille, ses frères et sœurs de combat et de foi, à la société haïtienne en général, à tous ceux et toutes celles qu’il invitait à son émission Kalfou, les inconditionnels téléspectateurs et les fans qui ont suivi le parcours de cette icône de la presse haïtienne.



Réagir à cet article