De la bonne ambiance pour l’ouverture de Paradis Parc d’Attractions

PUBLIÉ 2020-07-31
Paradis Parc d'Attractions a ouvert ses portes au grand public, sur la route nationale # 1, à Bois-Neuf, le vendredi 24 juillet 2020. Une centaine d’enfants et de parents ont assisté à cette grande ouverture animée par La Bande à Pipo, où l’ambiance a été visiblement au rendez-vous.


Dans l'eau, au bord de la piscine ou sur les manèges, une centaine d'enfants accompagnés de leurs parents s’amusent comme des fous au Paradis Parc d’Attractions. Cet espace étalé sur 2 carreaux de terre à proximité de la ville de St-Marc ambitionne, comme le nom l’indique, d’être un paradis sur terre. Un paradis pour les tout-petits. « Nous avons reçu environ 176 personnes. Ils venaient de Port-au-Prince et de St-Marc. On a été très satisfaits et très heureux de voir les enfants s’émerveiller et s’amuser », affirme Renald Dubuisson, copropriétaire du parc.

Désormais inauguré, Paradis Parc d’Attractions tient à poursuivre coûte que coûte son double objectif : éduquer et distraire. « C’est à la fois un parc d’attractions et d’apprentissage. Nous allons continuer à accueillir les enfants et les parents en weekend, en raison des activités scolaires prévues pour très prochainement », indique docteur Dubuisson. Il promet de la bonne ambiance et un divertissement sain à tous les visiteurs, parents et enfants. « Nous avons à notre disposition un dj et un animateur professionnel », poursuit-il.

Selon Renald Dubuisson, Paradis Parc d’attractions répond à un « besoin national ». « On n’a jamais eu un parc à thème ici en Haïti. Tout comme il n’existe pratiquement aucun espace de loisir ici. Un loisir sain, dans une ambiance familiale. Nous avons donc fait, ma femme et moi, ce que les autres ont eu peur de faire. Nous avons osé et cela va pouvoir aider. Nous aider à trouver un peu d’équilibre dans nos activités humaines. De l’équilibre pour notre santé mentale », avance M. Dubuisson, qui pense que dans le contexte actuel de pandémie on devrait pouvoir vivre avec le coronavirus tout en respectant les mesures sanitaires appropriées.



Réagir à cet article