Djenane Saint Juste, Miss Vidéomax 2003, nous revient avec « La sirène et la baleine »

PUBLIÉ 2020-07-30
Elle est passionnée de danse et a su aller au bout de son art. Certains se souviennent d’elle comme la Miss qui portait toujours des tresses. 2003 a été l'année de son sacre à Miss Videomax et à Miss Caraïbes. Vous y êtes ? Eh oui, nous avons retrouvé la trace de Djenane Saint Juste, Miss Vidéomax 2003. La jeune dame a certes disparu de nos actualités culturelles mais elle n’a cessé de parfaire son art et d’explorer l’univers de ses talents. Chemin faisant, la reine de beauté nous revient avec son premier ouvrage pour enfants, « La sirène et la baleine ». Une œuvre inspirée de notre folklore.


Les années passent mais certaines choses demeurent. Surtout quand elles sont innées comme l'élégance et la bienséance. Voilà l’effet produit par Djenane Saint Juste à travers les notes vocales que nous avons échangées. Son accent ne laisse en aucun cas supposer que la jeune dame vit chez l’oncle Sam depuis longtemps déjà. Ce sont justement ces années passées en terre étrangère qui ont inspiré ce bouquin à madame. « J’ai été inspirée de mon expérience aux USA où les enfants d’ascendance haïtienne ne se sentent pas valorisés. Notre culture ne jouit pas d’une grande visibilité. À travers ce livre, j’ai voulu relater une histoire liée à notre imaginaire et qui les rend fiers de leur pays ». C’est par ces mots que Miss Vidéomax 2003 nous décrit les motifs qui ont poussé à la rédaction de cet ouvrage.  « Ainsi, ils pourront raconter leur histoire, la chanter et aussi apprendre à leurs amis certains éléments de cette riche culture », continue celle qui est une partisane de la culture d’inclusion là où elle vit.

Vous l'aurez compris, « La sirène et la baleine » replonge les adultes haïtiens dans leur enfance. En effet, le livre raconte l’histoire d’un vieil homme triste, sans espoir qui a cru qu’en se dirigeant vers l'île de la Gonâve, il trouverait de l’or et deviendrait riche et heureux. « Il partit à la recherche de son bonheur et au cours de son voyage, il rencontra la sirène et la baleine. Sur cette île surnommée L'île d’or, le vieil homme va se rendre compte de son erreur monumentale car il avait associé le bonheur à la richesse », nous conte Djenane dont le récit est agrémenté de notre imaginaire collectif.

Publié en quatre langues (français, créole, espagnol et anglais), ce livre dans lequel de nombreuses illustrations prennent vie propose aussi une version audio où se distinguent les voix de quatre conteurs. Le fils de l’auteur, sa mère, un de ses amis et elle-même. Le choix de publication dans ces quatre langues fait aussi écho au récit de vie de Djenane. Elle a grandi en Haïti, ce qui lui a valu la pratique du français et du créole. Elle vécut à Cuba et au Venezuela, où elle parlait l’espagnol, et dans son actuel pays d'accueil, c'est l’anglais sa langue. Ajouté à cela, on y retrouve une partition et une interprétation de la chanson que nous connaissons tous : « Lasirèn, labalèn, chapo m tonbe nan lanmè... » Question, selon l’auteure, de transmettre des éléments de la culture haïtienne. Ce qui est aussi un des objectifs du bouquin. 

Divorcée, Djenane Saint Juste a un fils. Elle a su se sortir des moments difficiles lorsqu’elle a émigré aux États-Unis en 2009 grâce à sa passion. Elle a créé sa propre compagnie de danse : Afoutayi. « Cette compagnie fait le tour des États-Unis en faisant la promotion de la culture haïtienne, de la danse surtout », précise-t-elle. Elle a aussi fait une maîtrise en science de l'éducation. A part la danse, Djenane travaille comme professeure d’anglais, de français et assiste dans des cours de mathématiques et de sciences. « Je suis aussi professeure à l'université, notamment à l'université de Minnesota. J’y enseigne la danse et la culture haïtienne », nous informe Djenane Saint Juste. Preuve que notre si riche patrimoine culturel habite la Miss même si elle ne vit plus sur son sol natal. 

« The Mermaid and the whale » est disponible sur plusieurs plateformes de vente en ligne dont Afoutayi. 



Réagir à cet article