Prestation mi-figue, mi-raisin pour les 40 ans de System Band

PUBLIÉ 2020-07-27


Les connaisseurs sont unanimes : System Band aurait pu faire mieux le samedi soir du 25 juillet 2020 dans le cadre de son concert de jubilé de 40 ans. Le groupe est pointé du doigt à cause du fait qu' Isnard Douby est resté en retrait sur la plupart des chansons qui sont pourtant devenues légendaires grâce à son extraordinaire timbre de voix. 

Dans l'imaginaire collectif, la recette de System Band est la suivante : un son qui lui est propre et la voix d’Isnard Douby. La preuve, qui peut citer un tube, un concert, un clip du groupe de 40 ans qui n'a pas l'empreinte de ce chanteur emblématique qui a marqué la musique haïtienne ? 


Ce samedi, pour des raisons qu'on ignore encore, l’artiste est resté en retrait lors de ce concert, laissant au jeune James Douze la direction de la barque. Djecee, qui a assisté au spectacle, ne cache pas sa déception : "Système Band, c'est du très haut niveau dans notre imaginaire. Et quand un groupe de cette trempe jouit d'une telle aura, il se doit de la cultiver en permanence. On ne change pas une recette qui marche. Les Rolling Stones ne se permettraient pas une seule prestation sans un Mick Jagger en puissance. System n’aurait pas dû badiner avec sa réputation en laissant Isnard, son plus grand emblème, en retrait dans un show célébrant les 40 ans du groupe."


L'animateur pointilleux n'est pas le seul à manifester sa déconvenue. Une autre personne voulant garder son anonymat  va dans le même sens : « Déception totale. Cela ne fait pas honneur au System. On dirait qu'ils ont mal répété. Isnard paraissait engagé comme choriste ce soir-là. »

Un autre anonyme n'est pas tendre avec le groupe pour ce qu’il qualifie de faux pas inadmissible pour un groupe de légende. « Isnard est à un âge où il doit laisser se raconter sa légende au lieu de risquer de la nuire », souligne cette personne. 

Le concert en soi est un retour sur les tubes les plus populaires du groupes comme "Anita",  "Loulou", "César", s'il ne faut citer que ceux là. Sur la plupart des titres c'est James Douze qui fait office de lead. L’ artiste à l'apparence d’un flannè d'aujourd'hui a un talent indéniable mais est pris dans un engrenage à tenter de faire du Isnard à côté d'Isnard. L’exercice est très difficile pour lui car même avec les meilleures intentions du monde, il ne peut égaler son collègue qui a une aura quasi-mystique. 


Le concert en soi n' est pas un naufrage. Loin de là. Mais ce soir-là, il a été dévoilé cette incapacité du groupe de 40 ans à renouveler son personnel quand toute la légende a été cousue par une seule personne en apparence. James chante et danse comme tous les autres des groupes façon Klass ou Gabèl mais il avait l'air ce soir, du jeunot qui s’efforcait de se faire remarquer avec son style dans une réunion de seniors.

Harold Joseph, ancien membre du groupe, invité à ce concert, a livré une belle prestation sur un titre en espagnol. Un rara est venu casser l'ambiance parfois solennelle du groupe. Des images sur le public relativement nombreux qui s'est retrouvé dans la salle du Bentley à Brooklyn atteste de cette envie de New York, la plus grande victime à ce jour de la pandémie du coronavirus, de se défaire de ses liens. 



Réagir à cet article