Boukman Eksperyans en soutien au Rotary Club de Pétion-ville

PUBLIÉ 2020-06-29


Pour la première fois depuis que la Covid-19 nous a imposé les lives comme distraction en week-end, le groupe Boukman Eksperyans nous a aidés à faire un bout de chemin le vendredi 26 juin 2020 dernier. Le groupe rasin phare de ces dernières décennies a donc donné une prestation sur les réseaux sociaux. Un exercice initié par les responsables du Rotary Club de Pétion-ville qui, par là, ont voulu organiser une collecte de fonds afin de fournir des incinérateurs à cinq hôpitaux de la zone métropolitaine. Boukman est resté égal à lui-même, bon groove, bon vibe, hormis le fait que peu de place a été laissé à la cause dont ce concert était le prétexte.

Contrairement à certains lives, pas de MC pour faire de mise au point, le show démarre sur les danseuses du groupe qui arrivent à retenir l’attention des internautes. S’ajoutant aux musiciens et danseuses déjà présents sur scène, les leads du groupe Manzè et Lòlò, précédés de la principale choriste, investissent le stage sous les notes de la chanson "Pwazon rat". "Samba, Samba, m pa manje nan men moun sa yo, pwazon rat ooo". Les morceaux "Imamou lele", "Jou nou revòlte", "Nou p ap sa bliye", "Kè m pa sote", "K+K= 2K" et plusieurs autres titres du long répertoire de Boukman ont été servis aux internautes pendant plus de 90 minutes.  

Le groupe, par l’organe de Lòlò, a remercié Eddy Renaud d’avoir pensé aux musiciens au cours de cette période de Covid-19. Il faut dire que pour l’occasion de ce live, les écrans de la scène affichaient des vèvè et la phrase "Isit e Kounya la", leitmotiv utilisé par les leads du groupe et titre de leur dernier album paru en décembre 2017. On avait aussi les couleurs et la vivacité qui caractérisent Boukman.

Pourtant on serait tenté de dire que c’était un Boukman Eksperyans moyen qui a exécuté son show en direct. C’est peut-être le format live sans public qui conduit à cette perception. Le groupe aurait dû définitivement adapter ses jeux d’animation et ses interactions en fonction du public présent derrière son écran. Heureusement que la seconde moitié du spectacle a été beaucoup plus surchauffée que le début. On regrettait presque de ne pas pouvoir bouger dans une foule mordue de rasin devant le podium.



Réagir à cet article