Sarodj au cœur d'un scandale empreint de racisme

PUBLIÉ 2020-06-26


Quoiqu'elle soit l'une des femmes les plus influentes du monde selon USA Today, Sarodj Bertin n'est pas à l’abri des bad buzz parfois inutiles sur les réseaux sociaux notamment Twitter où la virulence est la plus prégnante. Et pour cause, l'ancienne reine de beauté âgée de 34 ans aujourd'hui devient la cible de twittos pour la plupart Haïtiens qui la dézinguent avec des commentaires qui tendent à la présenter comme raciste, privilégiée ou trop concentrée sur sa personne au point d’ignorer la situation des autres.

Tout part de ces mots qu'elle a prononcés au cours d'un entretien à l’émission « Lento abierto » de Channel 33 : « Personne ne peut couvrir le soleil avec un doigt. Je connais et j’aime les deux cultures, la République dominicaine n’est pas un pays raciste, je le dis et je le maintiens. Maintenant, il y a des gens racistes en République dominicaine, bien sûr qu’il y en a. Tout comme il y a des gens racistes en Haïti, aux États-Unis, au Mexique, au Chili, partout. » Et Twitter s’est enflammé.

Des gens ordinaires mais aussi des personnes avec une certaine popularité comme Muriel Vieux qui est connue pour ses positions sur Internet ont réagi. Cette dernière, qui a la peau très claire comme Sarodj, souligne le fait que leur teint les rapprochant de l'apparence des Dominicains peut leur prémunir contre les préjugés négrophobes qu’on évoque souvent en République voisine.

En fait, ce n’est qu’une partie de ses propos qui est retenue par les internautes en colère. Dans son élaboration, elle a avoué être consciente du fait que tous les Haïtiens ne reçoivent pas le même traitement dans ce pays qui l’a accueillie à bras ouverts il y a environ 20 ans. La foule, ignorant cette partie, a simplement continué son procès.

La belle, dans un clip en date de ce 26 juin, revient sur le sujet brûlant pour tenter de remédier aux dégâts. Elle affirme : « Mwen pa janm di pa gen Dominiken rasis ou pa rasis. Mwen di ou pa kapab trete tout peyi à rasis paske gen Dominiken rasis. Ou pa ka mete tout moun nan menm panye. » Plus loin, Sarodj rappelle avoir été assez clair sur le fait que beaucoup d'Haïtiens ont fait les frais de certains traitements odieux. Elle invite les internautes à visionner une fois de plus l'interview avant de la juger. « Nou pran yon fraz nou fè l tounen yon bagay alankont de mwen. Tanpri al reli atik la avan nou vin jije m. M renmen nou anpil", ajoute-t-elle. Seul le temps nous dira si cela suffira pour éteindre le feu... ou s'il faudra un autre buzz pour faire oublier celui-ci.



Réagir à cet article