K-niway, Tamara Suffren et Jean Jean Roosevelt, un concert live réussi !

PUBLIÉ 2020-05-19
La bande à Kenny Desmangles, Tamara Suffren et Jean-Jean Roosevelt ont uni leurs voix, le dimanche 17 mai, pour un concert de collecte de fonds destinés à l’Hôpital de l’Université d’État d’Haïti (HUEH). Sur la scène d’Iguana Café bien aménagée pour l’occasion, le groupe K-niway et les artistes invités ont offert un bien beau spectacle. Kenny Desmangles a encore prouvé qu’il n’était point un enfant dans le HMI, délivrant une performance à la hauteur de ses nombreuses années au service du compas direct.


Depuis, le premier bal de collecte de fonds du groupe Konpa Kreyòl, artistes et musiciens de l’industrie musicale haïtienne, pour garder en haleine leurs fanatiques, ont eux aussi appliqué la formule de la performance en direct en ligne. Plus près de nous, pour ce mois de mai, nous avons eu droit à la majestueuse prestation de Nu Look et celle du rappeur Fantom qui ont surpassé tous les records.

Le groupe K-Niway, pour sa part, a organisé son concert pour une cause le dimanche 17 mai. Un show débordant de bonne musique ! Deux jeunes solistes ouvrent la soirée en interprétant deux couplets de "La Dessalinienne", question de saluer le bicolore la veille de son 217e anniversaire. Tout de suite après, lunettes noires et smoking gris, Kenny Desmangles rentre sur scène en maitre avec l’un de ses anciens succès avec Zenglen dont il a fait partie, « Mwen p ap tounen ».

Accompagné de sept musiciens et de ses solistes, le chanteur déballe tout le paquet de ses hits. « Don’t let Go », « Lanmou nou se pou lavi », « One more time », « My Pain », "Dlo Kokoye", que l’on retrouve sur son premier album. Avec K-niway, les amateurs de compas direct ont été servis.

Tamara Suffren, rayonnante dans une longue robe noire, s'introduit avec « Cheri kite m di w ».. Énergique, la  starlette chante, danse. Elle enchaîne avec « Siwo ». L'artiste en fait son spectacle le temps de son passage.

Ensuite, Jean Jean Roosevelt fait son entrée sur scène avec son titre bien connu « Y a danger ». Le chanteur, paré d'un ensemble bleu et coiffé d'un béret, nous interprète ce titre intemporel qui s’adapte si bien aux terribles instants que nous vivons. Il enchaîne avec « Agoye » pour prêcher l’unité à ses compatriotes haïtiens et saluer la mémoire de nos héros, la veille du 18 mai.

L’infatigable Kenny Desmangles, cette fois dans un ensemble plus décontracté, revient sur scène pour clôturer la soirée avec son band au rythme du compas direct.



Réagir à cet article