Les artistes ne chôment pas !

PUBLIÉ 2020-05-14
Dans la rubrique "Ça passe à la télé", vivez cette semaine le message d’espoir d’Emeline Michel à travers « Chanjman », redécouvrez Géraldo grâce à « Paske m renmen w », et appréciez Staël sous de nouveaux jours avec « Pran ka m ».


« Chanjman » : Emeline Michel

Tout de noir vêtue, Emeline Michel nous dicte un message fort en ces temps de coronavirus. Grâce à des images réelles prises dans le flux de la vie citadine. Si le clip ne présente aucune image relative à cette pandémie, il demeure pourtant très significatif dans ce monde assujetti à la Covid-19. L’espoir. C’est ce que nous apporte la voix unique d’Emeline via sa dernière chanson videoclippée. Parce qu’au final tout passe. « Depi jenèz  limanite, pou chak bagay, yon tan, yon sezon ». Un temps qui, lui aussi, passe. Il change, file à toute vitesse et n’arrêtera jamais sa course. En effet, les mauvais moments passeront. Et avec eux, durant cette course effrénée, un lot de changements, d’accoutumances, de possibilités. Que l’on veuille ou non, il faudra s’y plier. S’accommoder. Et bien sûr : « Leve de men w anlè di demen men mwen. »

« Paske m renmen w » : Géraldo 

Un fond rose constitue l’unique décor de « Paske m renmen w ». Réalisé par FXPRO, il n’y a que les différentes vestes de Géraldo et Minouche Chouloute dans sa robe jaune qui donnent un soupçon de changement aux images. C’est ainsi qu’en 4 minutes et 32 secondes, l’ancien gagnant du concours Digicel stars chante sa flamme pour une jeune fille qu’il aime éperdument. Au point de ne pas comprendre ce qui lui arrive. « Non, non? sa pa ka fèt. Pou jan mwen pa nan jwèt. Si yo ta di m sa, mwen pa t ap kwè. Men devan lanmou, pa gen gwo nèg », avoue-t-il. 

« Pran ka m » : Staël 

Staël se présente dans la peau d’un grand timide, incapable d’avouer à une fille, visiblement une collègue, qu’il l’a dans la peau. Dans sa chambre aussi. Oui, il l’aime au point d’afficher toutes les photos de celle-ci sur les murs de sa chambre. Au final, ce sera à la fille de faire le premier pas, de mettre fin à son supplice. Là, dans ce bar, tandis que lui ruminait sa peine dans un verre d’alcool, elle lui file un mot dans une serviette de table en papier. 



Réagir à cet article