« En quarantaine » avec Mandela Jean-François

PUBLIÉ 2020-03-30
Face à la menace Covid-19, l’artiste Mandela Jean-François place son mot. « En quarantaine », c’est bien le titre de sa dernière chanson en date, relatant les conséquences de la pandémie un peu partout dans le monde. Il nous rappelle quelques priorités de la vie, dont l’amour envers nos semblables.


Une maison complètement en ruine sert de toile de fond au vidéoclip de « En quarantaine ». Elle dit tout. Une image aussi triste que les expressions du chanteur qui marche seul dans une rue déserte. Le clip transpire la peur, la solitude. La solitude et le dépassement du monde entier devant cette crise sanitaire bouleversant tout sur son passage. Tout comme la nécessité de nous aimer en dépit de tout. « Nous sommes en quarantaine. On devient prisonnier malgré nos libertés…C’est le temps d’oublier nos différences. Laissons place à l’amour », entonne Mandela. Comme pour dire qu’on n’a pas d’autres choix.

L’interprète de « Vwa pa m », à l’instar d’autres artistes de l’industrie musicale haïtienne, n’a pas voulu se taire. Si ses confrères ont opté pour les mesures de précaution et les possibilités de contagion du coronavirus, lui, il a opté pour un angle totalement différent. « Tout en décrivant la réalité relative à la pandémie, j’ai voulu véhiculer un message d’amour à tous. Faire comprendre aux gens que l’amour doit être cultivé en tout temps, pas seulement lors des catastrophes de ce genre », a-t-il expliqué.

Avec ce texte écrit uniquement dans la langue de Voltaire, le natif de Port-de-Paix a voulu que son message traverse les frontières et parvienne à toucher tout le public francophone. « Qu’il arrive en Afrique et en Europe. De plus, la France étant l’un des pays d’Europe les plus touchés, j’ai souhaité m’en rapprocher également », a poursuivi Mandela Jean-François.

Tout en invitant les gens à garder une attitude positive, à cultiver l’amour et la solidarité, l’une des voix de « Pa lage sa » conseille à tout un chacun de respecter les principes d’hygiène. Il rappelle dans la foulée que la vie est précieuse et que riches ou pauvres, on est tous égaux devant cette maladie.



Réagir à cet article