En route vers la 14e édition du Pap Jazz

PUBLIÉ 2020-01-15



La fondation Haïti Jazz, organisatrice du festival baptisé PAPJAZZ de Port-au-Prince, évènement annuel qui rythme Port-au-Prince et ses environs, a tenu la conférence de presse de lancement de ce festival le jeudi 9 janvier 2020. Cette 14e édition est comme l’année précédente placée sous le signe de l’éco-responsabilité. Il se déroule du 18 au 25 janvier 2020.
Le PAPJAZZ propose huit jours de festivités pendant lesquels les participants auront la chance d’assister à une quarantaine de concerts gratuits, une dizaine d’ateliers ainsi qu’à des after hours. Les artistes qui se produiront au PAPJAZZ sont issus de près de 15 pays comme la Belgique, Cuba, les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne, la Guadeloupe, Israël, la Martinique, Haïti, les Pays-Bas, la République Dominicaine, la Suisse, l’Allemagne, et Taiwan. Pour l’édition 2020 du festival, c’est le Canada, le territoire à l’honneur. Il sera représenté par Ranee Lee, elle est récipiendaire d’un Juno Awards équivalent du Grammy Awards. D’autres artistes renommés et respectés du jazz tels Dee Dee Bridgewater, Dawn Tyler Watson, Jacques Schwarz-Bart, Mario Canonge, Yilian Canizares, Ralph Thamar ou encore Elizabeth Charles seront aussi sur place. Quant à Haïti, il sera représenté par Eddy François, Paul Beaubrun, BélO, Rideka, Hans-Berry Jacques, Sarah Jane Rameau, Danola, Slooze, Wiliadel Denervil, Taliana Lindor, Titi Congo ou encore James Germain.
La première intervention du jour porte la signature de Milena Sandler, directrice générale de la Fondation Haïti Jazz. Dans son allocution de près de dix minutes, elle a évoqué la planification du festival qui cette année s’est heurtée à la conjoncture sociopolitique difficile de l’année 2019. « Les préparatifs ont été plus complexes à mettre en place que jamais. La grille de programmation en est à sa quinzième version. Les espaces des scènes gratuites ont aussi été modifiés à plusieurs reprises avant de revenir à la normale » explique madame Sandler. Elle continue plus loin pour souligner que des entreprises et partenaires ont désisté, des artistes ont annulé leurs participations. Parmi ces derniers nous pouvons citer Lisa Simone et Vincent Peirani. Face à la conjoncture difficile de 2019, l’organisation a dû lancer une campagne financement participatif qui a récolté 10 000 dollars. Cette année, le budget du festival est à la baisse. Madame Sandler explique qu’ils ont dû enlever le superflu. Ils sont passés de 350 000 dollars à 260 000.
Aux côtés de Milena Sandler et de Joël Widmaeir de la Fondation Haïti Jazz sur le panel de cette conférence, on retrouvait l’ambassadeur du Canada en Haïti, Stuart Savage, l’Ambassadeur de Chine/Taiwan Bang Zyh LIU, le premier secrétaire de l’ambassade d’Allemagne Stéphanie Kestler, la conseillère en aux Affaires Publiques de l’ambassade des Etats-Unis Jeanne Clark, la Directrice de l’Institut Français en Haïti et attachée culturelle de l’Ambassade de France, Dominique Sibilia, le chargé national culture et communication de l’ambassade de Suisse en Haïti Gregory Jean, le représentant de la BRH Rotchild François Jr, le directeur général du ministère du Tourisme et des Industries créatives Andy Durosier et le coordonnateur du cabinet technique du ministère de la Culture et de la Communication, Adler Auguste. La majorité des interventions des membres ou représentants du corps consulaire ont présenté les artistes qui représenteront leurs pays respectifs. Ces derniers ont aussi salué la tenue de ce festival.
Pour l’ambassadeur du Canada, Stuart Savage, le PAPJAZZ est un évènement musical phare en Haïti qui permet de célébrer la diversité musicale et culturelle d’ici et d’ailleurs. « Mon pays, le Canada croit fermement que la musique et l’art sont l’une des meilleures façons de faciliter la communication et le partage entre les peuples et les cultures », souligne-t-il en affirmant que son pays est fier d’être partenaire dès le départ du PAPPJAZZ. Son discours a été suivi de ceux de plusieurs autres partenaires du festival qui ont tous souligné l’importance et la portée d’un tel évènement. Notamment pour le secteur touristique. Andy Durosier, Directeur Général au Ministère du Tourisme a mis l’accent sur la réalisation même de l’évènement : « Nous savons au niveau du ministère du tourisme que les destinations ne peuvent vivre sans évènement. Qu’ils soient sportifs, artistiques, culturels, ce sont eux qui tiennent vivant une destination touristique […] Au niveau du tourisme nous voyons la culture comme un instrument d’échange interculturel qui facilite la compréhension mutuelle entre les peuples », indique-t-il en saluant les opérateurs culturels qui continuent de rendre la destination vivante.
Cette année, le PAPJAZZ se déroule sur deux villes : Port-au-Prince, bien sûr, et la ville de Jacmel où un groupe Suisse performera. Le Karibe hôtel, la Fokal, l’Université Quisqueya, l’Institut Français en Haïti, La Réserve, le Quartier Latin, Vivano et le Café 36 accueilleront les prestations.
Le volet vert du festival inclut la distribution de sacs shopping réutilisables, de gobelets et de gourdes réutilisables. Les festivaliers auront aussi la possibilité d’adopter un arbre pour contribuer au reboisement du Parc national La Visite et de signer la pétition contre l’usage de styrofoam. Tout comme l’année dernière, ils pourront cette année encore acheter un bracelet 4Ocean pour la préservation et la protection des océans.



Réagir à cet article