Hustlers de Jlo accusé de plusieurs faits

PUBLIÉ 2020-01-09


Sorti en septembre 2019, le film "Hustlers" se retrouve en ce début de 2020 au cœur d’une tempête. Le long-métrage, en bref. nous entraîne dans la réalité de quelques striptiseuses qui extorquent plus d’argent que leurs honoraires à leur clients hyperfriqués de Manhattan. La chanteuse new-yorkaise Cardi-B y fait une apparition et aussi Lizzo, mais les reines principales du film sont les actrices Jennifer Lopez et Constance Wu.

La tempête dont on parle plus haut concerne surtout le rôle joué par Jennifer Lopez. Le personnage inspiré par Samantha Barbash, une vraie stripteaseuse de la grande ville. Elle accuse la production derrière le film d’abuser de son histoire personnelle sans sa permission et dénonce le caractère diffamatoire de certains ajouts qu’elle estime exagérés. Elle raconte qu’en amont les producteurs se sont approchés d’elle pour avoir son consentement et qu’elle leur aurait montré son pouce tourné vers le bas. En dépit de son désaccord, le film a été tourné avec le personnage qui est son avatar.

Barbash reproche le fait que le personnage dans le film abuse et conçoit une substance illégale dans la maison où elle vit avec son enfant. « C’est mensonger et offensant », rapporte le site TMZ. Son avocat Bruno Gioffre précise que la plaignante n’a rien contre JLo qui incarne le personnage mais Nuyorican Productions. Des rumeurs selon le même site tendent à conforter l’idée que la plaignante agisse ainsi parce qu’elle n’était pas satisfaite de ce qu’on lui a donné comme compensation. Un détail qui lui vaut beaucoup de critiques de la part des fans du film qui pointent l’idée qu’elle a attendu trop longtemps pour montrer son désaccord.

Samantha Barbash réclame 40 millions dont la moitié pour dommages de compensation, et l’autre en punition. Elle exige aussi qu’on fasse le retrait de toutes les copies du film.



Réagir à cet article