Un cocktail en l’honneur des lauréats du Fonds d’appui Piscca

PUBLIÉ 2019-12-03
L'ambassadeur de France en Haïti José Gomez a organisé, jeudi 28 novembre 2019, au restaurant Yanvalou, un cocktail en l’honneur des lauréats des fonds Piscca visant au renforcement, à la structuration et à la professionnalisation des associations haïtiennes. Les 27 associations lauréates recevront un financement entre 15 et 70 000 euros.


Tous tirés à quatre épingles, les responsables des 27 associations qui bénéficient cette année des fonds Piscca se sont retrouvés au Yanvalou pour participer au cocktail organisé en leur honneur ce 28 novembre 2019 par l’ambassadeur de France José Gomez.

Le fonds Piscca (Projets innovants des sociétés civiles et coalitions d’acteurs), c’est, selon le diplomate, un instrument de l’Ambassade de France qui vise au renforcement, à la structuration et à la professionnalisation des associations haïtiennes. L’objet étant d’aider à l’émergence des organisations pouvant intervenir sur le terrain en coordination avec les services de l’Etat, les autorités locales et les intervenants extérieurs.

La première fois, soit en 2017/2018, le Piscca, s’élevant à un montant total de 470 000 USD, a supporté le travail d’une dizaine d’associations. Le fonds, toujours selon l’ambassadeur, est passé à 1 100 000 USD cette année compte tenus des résultats obtenus et la détermination de l’Ambassade de renforcer son action auprès de la société civile en Haïti. Ce fonds couvre 27 projets cette année. “Nous avons privilégié un certain nombre de thématiques dont l’éducation et le bilinguisme, les droits de l’homme et la citoyenneté, l'environnement, les technologies numériques et le sport », confie-t-il. 250 dossiers ont été acheminés et le comité en a choisi 27.

Parmi les projets lauréats on retrouve "Projet multimédia d’éducation civique" du Gwoup pou Enfòmasyon Sitwayen. Lindy Michel, recherchiste et rédacteur au sein de cette structure, confie que ces fonds vont les aider à vulgariser leurs capsules qui sont disponibles via les radios communautaires. « Le fait pour nos capsules qui comportent des renseignements très utilitaires de n’être disponibles qu’en ligne nous empêche d’atteindre une bonne partie de la population qui n’a pas une culture numérique ou les moyens de s’y mettre. En les diffusant à travers les radios communautaires qui sont très cotés dans les milieux populaires et en région, on croit pouvoir réduire cet écart », confie-t-il.

Ginite Popote et Phanise Rosembert de l’association culinaire Vin Goute ont pensé au projet « Engagement communautaire pour la sensibilisation et l’insertion professionnelle des jeunes de Petit-Goâve ». Elles expliquent y avoir pensé au constat d’un grand nombre de grossesses précoces dans la zone où elles sont allées souvent pour des raisons professionnelle. « Avec ces fonds, précise Ginite, on fera en sorte de mobiliser les jeunes à travers l’art mais surtout leur permettre de devenir en autonomes en leur donnant des formations professionnelles. »

Et finalement, on voulait évoquer pour vous « L’imaginarium 312 : multiples et communs » du Centre culturel Pyepoudre. Louisna Laurent, directrice exécutive de l’association, précise que le projet à deux volets consiste à instituer un centre de résidence de création au sein de l’Institution, mais aussi de développer un volet de formation parascolaire qui ne se retrouve pas dans le cursus haïtien à l’intention des écoliers d’une vingtaine d’établissements qui y sont rattachés. « La somme reçue, affirme-t-elle, nous permettra d'avancer dans nos initiatives qui nous tiennent à cœur mais qu'on est incapables de mener par manque de fonds. »

L’ONG française Initiative Développement, qui est basée en Haïti depuis 25 ans, s’occupera de la formation et du suivi des projets financés sous demande de l’ambassade. Un séminaire en ce sens a été organisé au mois d’octobre 2019 à l’Institut Français en Haïti.



Réagir à cet article