Haïti voix d’enfants : un spectacle pour célébrer la Journée mondiale de l’enfance

PUBLIÉ 2019-11-25
La Convention internationale relative aux droits des enfants (CDE) est trentenaire. Elle a été adoptée par l'Assemblée générale de l'Organisation des Nations unies le 20 novembre 1989. Depuis, chaque année à cette même date, le monde célèbre la Journée mondiale de l’Enfance. Afin de marquer cette journée, en Haïti, l’association Enfants épanouis d’Haïti (ENEPH), avec le support de L’UNICEF et l’Organisation internationale du travail, a réalisé toute une série d’activités afin de sensibiliser sur la problématique des droits de l’enfant. « Dwa pou chak timoun », tel est le thème retenu pour la célébration des 30 ans de cette convention.


Le 22 novembre 2019 s’est tenu au Karibe Hotel un spectacle qui mettait en valeurs les talents des enfants et qui entrait en droite ligne des activités de sensibilisation. Les différents représentants des secteurs œuvrant dans le domaine des droits humains et de la protection de l’enfance en Haïti ont prononcé leur discours de circonstance. Cette cérémonie qui porte le nom de « Haïti voix d’enfants » était l’occasion pour les membres de l’ENEPH de faire un rappel sur la situation des enfants en Haïti tout en mettant leurs talents en exergue.

Une commémoration qui marque les 30 ans de la CDE

Dans ses propos de bienvenue Guetty Bazin, coordonnatrice générale de ENEPH, a fait une historique de l’organisation qu’elle dirige. Elle a exprimé leur fierté de contribuer à la construction d’un monde où les droits des enfants sont respectés. « On ne pense pas pour les enfants, on réfléchit avec eux. C’est donc pour cela que les enfants sont les acteurs de presque toutes nos activités. C’est dans cet esprit, que nous priorisons l’éducation par les pairs, c’est-à-dire, nous formons ceux qui vont mener des campagnes de sensibilisation autour de leur droit », soutient-elle, en spécifiant que l’ENEPH a bénéficié du support de l’UNICEF à cet effet.

Parmi les personnalités présentes : Edwing Charles, ministre de la Jeunesse, des Sports et de l’Action civique ; Fabrice Leclercq, coordonnateur national de l’Organisation Internationale du Travail (OIT) en Haïti ; Diem Pierre, le représentant de l’Institut du Bien-être social IBESR ; ainsi que Maria Luisa Fornara, représentante de l’UNICEF en Haïti. « Les enfants représentent le présent et le futur d’Haïti. Nous sommes conscients que les défis sont importants pour Haïti en matière de respect des droits de l’enfant. D’où l’importance de consentir encore plus d’efforts, de faire œuvre qui vaille pour créer et maintenir un climat propice à leur bien-être, et au respect de leurs droits », a indiqué le coordonnateur national de l’OIT. Des propos en adéquation avec ceux de la représentante de l’UNICEF qui a réitéré la nécessité de continuer à œuvrer afin que les droits des enfants soient garantis tout en spécifiant les progrès accomplis en Haïti. « La commémoration de la Journée mondiale de l’enfance de cette année revêt un sens particulier, dans ce sens qu’elle est l’interpellation au monde entier pour la tenue des promesses faites aux enfants il y’a 30 ans », a-t-elle déclaré. Madame Fornara invite à un redoublement d’efforts pour garantir un accès équitable aux services sociaux de base pour tous les enfants haïtiens et renforcer leur voix et celle des adolescents et des jeunes. Avec 196 pays à y avoir apposé leur signature, la CDE est le traité relatif aux droits humains le plus ratifié au monde.

Le spectacle

Haïti voix d’enfants, c’est d’abord un spectacle où les différents enfants avec lesquels l’ENEPH a travaillé ont su éblouir l’assistance composée, entre autres, d’enfants, de parents, et de travailleurs du secteur des droits de l’homme. En effet, leur jeu de scène et leurs techniques de chant n’ont rien à envier aux professionnels du domaine. Flore-Allie Raymond, Gaëtan Romain, Gaëtan Lafontant, Gaëlle Doizin, Ween's Kate Decialus, Rose SuchelleOrzil, Widsaïda Michel, Anne-Thaalie sont des talents en puissance. La salle Cataleya où s’est déroulé le spectacle a été électrisée devant la performance de ces jeunes.

Leur virtuosité a permis à l’assistance de rapidement comprendre leur plaidoyer pour la promotion de leurs droits. Dans la première piécette, il est question de la problématique de la domesticité en Haïti. Facilement, ils ont pu montrer au public l’injustice du traitement réservé à ces enfants. Le sens de la vie, Heal the world, A.K.I.K.O sont parmi les chansons que ces stars en herbe, dont la mission est aussi de transmettre les connaissances acquises au cours de ce programme à leur entourage, ont interprétées. C’était aussi l’occasion pour les responsables de l’ENEPH de dévoiler une fresque réalisée par ces enfants pour donner suite à une formation sur leurs droits à travers la peinture préalablement organisée.



Réagir à cet article