Non, Fubar ne ferme pas... totalement

PUBLIÉ 2019-10-08
Aucun doute, la crise sociopolitique qui touche le pays nous affecte tous, entreprises, professionnels, étudiants, commerce informel, simples citoyens, tous. En effet, après le renvoi de plusieurs activités phares comme le Festival Nègès Mawon, Goût et Saveurs Lakay ou encore le bal de célébration de l’anniversaire de la compagnie de promotion ZigiZag Productions, c’est au tour de Fubar d’annoncer une réduction de ses activités. Attention, le club branché ne ferme pas.


Lorsque Fubar a annoncé être ouvert sur les réseaux sociaux samedi, les party people les plus en mal de plaisir et de distraction se sont tous donné rendez-vous à l’angle des rues Rebecca et Darguin dans la soirée. Malgré la pluie et les nombreux problèmes que nous connaissons tous (insécurité et autres), il fut très difficile de trouver une table à cette adresse. Plus la soirée étalait ses filets, plus on devait jouer des coudes pour se rendre au bar ou aux toilettes. C’est dire que le besoin de se défouler avait eu raison de plus d’un. Et aujourd’hui encore, je ne saurai dire si c'était les mix des dj (comme Bullet) qui s’y produisaient ou si c'était l’alcool ou tout simplement l’envie de s'éclater, mais le public était en transe. Debout sur le sol en béton ciré verre en main ou sur les bancs, tout le monde dansait. Bon, un samedi soir comme on les aime, sans incident.

Puis l’annonce est tombée, le lendemain, à la fin d’une vidéo récapitulant la soirée du samedi : "We will miss you". Le staff a également mis ce message sur la story IG de ce bar. Intriguée, nous avons contacté Geneviève Céant, l’une des responsables de l’espace. La décision est claire et sans équivoque : Fubar ne ferme pas, il prend en quelque sorte une pause jusqu'à ce que les choses aillent mieux dans le pays. Elle nous explique plus loin que cette décision est en rapport à la conjoncture : “C’est plus commode pour nous de resteindre, un moment, nos activités. Lorsque l’espace est ouvert, il faut prendre en compte l’essence, la sécurité, les cautions aux livreurs, etc. De plus, nous planifions à l’avance nos différents événements alors qu’on est dans l’incertitude la plus totale en ces moments de troubles. En septembre, on n’a eu que trois nuits d'activités réellement rentables sur tout le mois. Des stocks ont dû être jetés, déficit donc. Alors, on a décidé d’ouvrir uniquement pour les événements spéciaux”, soutient celle qui administre les lieux.

Souhaitant que la stabilité revienne, « Ginoue » promet que le bar reprendra du service à temps plein dans un futur proche. Une soixantaine de personnes avaient des revenus directes ou indirectes des activités de Fubar. Dans les prochains jours, ce ne seront que les événements planifiés plusieurs mois à l'avance qui s'y tiendront. 



Réagir à cet article