Un bon 11e pour Harmonik à El Rancho

PUBLIÉ 2019-08-12
Pour une énième fois, Harmonik et Nu Look se sont partagés la scène du NH El Rancho, le vendredi 9 août 2019, pour l'onzième anniversaire des poulains de Rodney Noël. L’occasion pour des milliers de party people de danser jusqu’à l’aube sur les rythmes d’un compas love dont ces deux groupes ont le secret.


« Sa k pa gen fanm chèche yon poto ! » Pour un tandem d’anniversaire signé Nu Look et Harmonik, s’aventurer dans un bal pareil sans cavalier ou cavalière constitue une erreur monumentale. Grossière. En ce vendredi soir, du compas « sweet love » nous est servi sur un plateau par ces deux groupes habitués à se partager une scène. Le « kole sere », le fameux « 1 kawo » est un fait dans la cour du NH El Rancho, et c’est bien dommage pour les solitaires. 

À notre arrivée, la bande au Maestro Arly fait danser le public ayant fait le déplacement en très grand nombre. On comprend mieux alors ces acrobaties pour trouver un parking obligeant les dames à longer clopin-clopant sur des talons aiguilles la rue José Marti. Chemise noire collée au corps, en nage, la chaleur n’épargne pas du tout le « King » qui égrène son chapelet de hits. Des tubes d’antan mais surtout ceux fraîchement tirés de son dernier album « No stress ». « À cœur ouvert », « Why now? », « Pa anmède m », « Cauchemar » sont interprétés par le chanteur-keyboardiste en présence de ces couples enlacés et de ces groupies conquises, amassées autour de lui. Bras ouverts, elles crient et récitent les chansons telles de bonnes élèves devant leur professeur. Larivière Fils a du succès auprès des dames et c’est peu dire. Ce qu’il sait et confirme d’ailleurs encore une fois en volant à la rescousse de ces femmes solitaires pour un bain de foule avant de faire ses adieux. Nu Look a fait du Nu Look tout simplement. Ce groupe consolide une tournée estivale allant de succès en succès.

Après une courte pause assurée par le dj, les fêtants du jour montent sur scène, à l’exception de Mac D. Du hall de l’hôtel, ce dernier entonne les premières notes de « Tu amor me hace bien » de Marc Antony. Un salsa bien interprété par le chanteur en dépit des difficultés techniques avec le micro (ce qui a gâché le show que le groupe prévoyait spectaculaire). Une fois au complet sur le stage, Harmonik enchaîne sous une pluie de feux d’artifice et de confettis avec "Incroyable" et "Benyen m". Le public ne se fait pas prier pour chanter à tue-tête ni danser ces morceaux tant appréciés même si sans aucune modification, ils frôlent la monotonie. Un sentiment de déjà-entendu. 

Avec « Simplicité » les poulains de Rodney Noël ont voulu changer la donne avec la chanteuse Thaïna Corvington invitée à partager ce titre de Sanders. Pourtant on passe vraiment à côté du résultat escompté à cause de la voix à peine audible de mademoiselle Corvington et d’un manque de complicité entre le chanteur et elle. Le contraire de la prestation d’Anie Alerte aux côtés de Mac D dans « Pete fyèl mwen », piochée dans le nouvel album du groupe. « Existe », « Detenn sou mwen » et « Respè » sont par ailleurs les autres chansons tirées du nouveau disque du groupe qui couronnent ses onze années d’existence dans le HMI.

Visiblement fatigués, les fêtards vident petit à petit la cour du El Rancho. Même à 3 heures du matin, certains ne veulent pas rentrer sans reprendre et danser « Obsede ». Et se donnent rendez-vous l'année prochaine. Pour le 12e.



Réagir à cet article