Flot de slams au birthday bash de KJL

PUBLIÉ 2019-05-14
Pour la 4e édition de son birthday bash ouvert au grand public, le slameur KJL a fait choix du Lycée Alexnadre Pétion où il a été en classe jusqu’à 2017. Au programme de cette activité qui s’est tenue le 11 mai entre 10 h am et 4 h pm : un chapelet de grands slameurs et de newbies et une prestation de D-fi Powèt Revolte qui a la valeur d’une consécration.


La presse généraliste a tort d’ignorer la grande mobilisation autour du slam qui s’opère au sein du Lycée Alexandre Pétion depuis plusieurs années. Et oui, par la force des choses, le doyen des lycées dans la Caraïbe devient de plus en plus une sorte de Mecque pour cet art qui a pris chair aux Etats-Unis. En effet, en plus de servir de cadre à des grands rassemblements dédiés à ce genre de poésie engagée, il est le vivier où ont éclos des talents sûrs comme Kenley Julessaint dit KJL.

Le slameur, qui a été scolarisé entre 2010 et 2017 au sein de l’établissement de plus de 200 ans, a progressivement travaillé son art notamment durant les dernières années du secondaire. Il a quitté l’alma mater depuis pour se former en droit au FDSE.

En parallèle aux études, il continue son petit bonhomme de chemin de slameur en performant par-ci et par-là et en initiant depuis quatre ans un grand rassemblement autour de la date se son anniversaire. Si les trois premières fois, il les a organisés en dehors du lycée, cette année, il a voulu renouer avec l’alma mater.

A cette 4e édition, KJL a convié, pour ainsi dire, la crème de la crème... du moins de l’heure. Pour la modique somme de 250 gourdes, le public fait essentiellement de la jeunesse étudiante a eu droit à un flow de slams porté par des étoiles dont Kerrybens, Fils de Lux, Jeudemo, Noir d’Afrique, Lap Slam, Maux en mots…

Des jeunes du Wavoda (Royaume Vodou d’Haïti en créole) ont marqué le public avec leur chorégraphie rasin. Le jeune pousse de la sphère rasin, Fredo One n’était pas en reste dans la programmation qui allait entre 10 h am et 4 h pm. Le plat de résistance demeure D-Fi Powèt Revolte. C’est la consécration pour le public qui le devance sur chaque phrase qu’il aborde dans ses chansons. L’artiste, qui peut être considéré comme un pendant local de Youssoupha, débite ses punchlines au goût de révolte, d’apostasie à certains courants mainstream.

KJL, en plus de s’être produit comme slameur, a parfois joué au MC quand il fallait décorer certaines personnalités dont D-Fi. Blaze One, qui devait se produire à l’activité, s’est fait excuser puisqu’il se retrouve en France pour une tournée. A ce sujet, KJL promet au public une activité avec ce dernier exclusivement pour lui rendre hommage et lui permettre de rattraper le temps perdu.



Réagir à cet article