« Limyè », le premier recueil de poèmes de Mackenson César

PUBLIÉ 2019-05-09


S’il y a un domaine où la production ne nous fait pas faux bond, c’est bien celui de la culture. En effet, le pays regorge de jeunes talents qui, le cœur à l’œuvre, continuent de laisser libre cours à leur imagination. Dans cette lignée on retrouve des amants de l’art comme Mackenson César, poète, chanteur, compositeur et tambourineur. Son premier recueil de poèmes « Limyè » est sorti en ce début de mai.

« Limyè » c’est d’abord et avant tout un recueil de poèmes composé de 10 textes les uns plus poignants que les autres. « Tout comme l’indique son nom, l’œuvre est une lecture à caractère social, culturel et politique. À travers ce travail j’essaie de transmettre la lumière qui a émergé à partir de mes émotions, frustrations et mes moments de joie », affirme le jeune homme en soulignant que la force de son œuvre réside en la motivation et l’espoir qu’il inspire.

Passionné de culture, Mackenson César, alors étudiant, a créé une organisation culturelle à Santiago : Zantray. Question de ne pas perdre la main mais aussi de promouvoir la culture haïtienne sur le sol dominicain. À l’aise dans la chanson engagée, il est d’ailleurs surnommé Samba Mackenson. C’est toutefois l’écriture son canal de prédilection pour faire passer des messages. « J’ai pendant longtemps essayé de trouver le meilleur moyen de transmettre de l’espoir et guider vers un chemin positif... jusqu'à ce que l’écriture s’impose à moi », soutient le tambourineur.

La copie physique de « Limyè » est accompagnée d’un cd où l’on peut écouter Mackenson utiliser le slam en disant ses poèmes. Une manière pour lui de rendre son travail disponible à tous. « Cette réalisation portera conseils et idées à des jeunes. En même temps, cela me permet de servir la communauté qui m’a tant donné. » Travaillant au consulat d’Haïti à Santiago, deuxième ville de la République dominicaine, Mackenson César revendique son attachement au vaudou. Il affirme d’ailleurs ne pas avoir appris à jouer le tambour : « C’est une faculté innée chez moi.»

Originaire de Jacmel, Mackenson s’est établi en République dominicaine après y avoir avoir bouclé ses études universitaires. Néanmoins c’est sa ville natale qu’il choisit pour la première série de ventes-signatures autour de ce recueil. Trois dates ont été décidées : 9, 10 et 11 mai 2019, respectivement à l’évènement dénommé Jeudis Poésie et les deux dernières soirées à l’hôtel Florita de Jacmel. Le poète prévoit également de présenter le recueil dans les principales villes du pays. II indique que ce recueil représente pour lui un moyen de motivation. Son projet en ce sens n’est autre que la mise sur pied d’un mouvement dont l’objectif principal est d’encourager la jeunesse à prendre en compte les bienfaits de la lecture et de l’écriture et d’aussi d’apprendre à valoriser leur culture.

Léger et facile à transporter, le recueil se lit rapidement. L’effort de produire correctement dans notre langue maternelle est à encourager. L’ouvrage est disponible sur toutes les plateformes de vente en ligne. L’auteur a déjà entamé des démarches afin de le rendre disponible dans les librairies de la place. Parlant de la pauvreté, Mackenson César souligne avoir voulu toucher un plus large public en réalisant également un CD, ce qui a rendu le travail plus lourd.



Réagir à cet article