Titi Congo lance sa carrière avec « Veye m avè yo », son premier single

PUBLIÉ 2019-04-11


Âgé de 26 ans, Steevens Dormil dit Titi Congo lance sa carrière dans la musique haïtienne par un single. “Veye m avè yo”, tel est le titre de ce single qui traite de la méfiance et même de la rancœur éprouvée de part et d’autre dans les relations quotidiennes. Le point fort de la chanson, selon son auteur, réside dans le fait qu’elle a su trouver le juste milieu. Elle peut être appréciée de tous : chrétiens, vaudouisants ou autres. À l’occasion de ce lancement, le jeune homme organise une conférence-spectacle le 12 avril prochain afin de se présenter au grand public.

Titi Congo est le nom d’un jeune artiste qui a étudié le marketing à l'établissement André Laroche avant de décrocher un job dans une banque de la place. Il y reste deux ans, avant de tout abandonner pour pousser sa carrière musicale. "Je suis dans le courant alternatif, je produis de la musique du monde", assure-t-il, tout en précisant avoir performé dans plusieurs restaurants dansants de la capitale avant de sortir son premier single et de rendre officiel son statut de musicien-chanteur.

Interrogé sur le pourquoi d’un choix de ce carrière, Titi Congo, dont la grand-mère maternelle est africaine (d'où le choix de son nom d’artiste), indique que la musique l’a choisi. "Je produis de la musique du monde, de la musique alternative. Si ce domaine ne m’avait pas choisi, j’aurais déjà abandonné", affirme-t-il. L'artiste explique plus loin que sa musique veut allier le son d'Haïti et celui de l’Afrique. Une décision qui est profondément liée à sa vision de la musique du pays. "Peut-on dire que Haïti a une musique ? Non ! Désolé. Pour ce que j’observe, c’est non. Ces dernières années, c’est l’amour le thème de prédilection de la chanson haïtienne. Alors qu’il y a tellement d’autres pistes à explorer. Le social, par exemple. En plus c’est d’une telle monotonie [...]", avance celui dont la philosophie de la vie est de "vivre sans répit".

Parce qu’il est jeune et que son projet n'est autre que percer dans la voie qu’il s’est tracée, Titi Congo a mis toutes les chances de son côté dans son entreprise. "Il y a trois ans que j’ai abandonné le système bancaire pour me donner à fond dans la musique. J’ai, au cours de cette période, eu le temps d’analyser le marché et d’identifier ce qui y manquait. Il y a une pléiade d'opportunités qui n’ont pas été explorées. Comme ce que je le fais en ce moment, marier deux cultures qui sont liées mais pas explorées dans leur dualité", affirme le benjamin d’une famille de cinq enfants.

Outre la musique, le jeune homme veut embrasser la culture haïtienne dans son ensemble. Il a fait le choix de s’habiller, de se comporter à l'haïtienne. De ce schéma, il a choisi de mettre en œuvre une collection de vêtements appelé Akhim. Collection réalisée avec son partenaire du même nom. Ce dernier crée des vêtements pour hommes, enfants et femmes. Des créations de style traditionnel Al Dashiki.

Titi Congo invite le public à prendre part à sa conférence-spectacle le vendredi 12 avril 2019 à l'hôtel Oasis. L’artiste s'adressera à la presse au cours de cette soirée et se produira sur scène par la même occasion. Des confrères comme Mandela Jean-François, Magdaline Mytil et des groupes comme Pawòl Tanbou ou encore Bel Melody seront aussi de la partie. Comme perspective, le chanteur projette de rapidement mettre sur le marché son premier album. Cependant, les différentes compositions qui y figurent seront annoncées au terme d’un calendrier bien défini par lui et son équipe.



Réagir à cet article