Gracia Delva exhibe ses bottes à plus de 2000 dollars

PUBLIÉ 2019-03-14


Il a toujours aimé fanfaronner. Pour ses dents blanches, ses habits chers, son talent de chanteur… À un artiste de cet acabit, show business oblige et cela n’a jamais dérangé personne. Ti Blada, du haut de ses vingt-trois ans de carrière, a toujours aimé le chic, l’élégance. Attitude que même son statut d’homme politique n’a pas altéré. La preuve : sur une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux, l’on voit le sénateur de la République Garcia Delva (Gracia pour les fans) exhiber des bottes Louis Vuitton marron clair estimées à plus de $ 2000 US. « Ou wè sa a, l ap peye tout sa w gen nan klozèt ou. Ou menm egri, sa ap peye tout sa k gen nan klozèt ou », frime le lead vocal de Mass Konpa tout fier de son nouveau joujou.

Les réactions, divergentes, n’ont pas tardé à pleuvoir sur la Toile. Certains internautes se plaignent du comportement du parlementaire, qui, disent-ils, n’a que faire du contexte actuel et de la souffrance du peuple. Ils croient que l’honorable Gracia Delva n’a pas fait preuve d’éthique en s’affichant avec un produit de luxe tandis que la majorité des Haïtiens croupit dans une misère noire. D’autres estiment qu’il est dans son droit de se vanter, comme il le fait toujours.

En effet, l’élu de l'Artibonite s’est depuis le début de sa carrière construit comme un vantard. Dans une interview accordée à Ticket en février dernier, il l’a lui-même reconnu. « On ne peut pas me demander de changer mon style qui paie mes factures. Il n’y a personne qui puisse me contraindre à changer la façon de porter mon pantalon ou d’enlever les étiquettes de mes t-shirts parce que je porte toujours des habits neufs, c’est mon style. Quand je suis au Sénat, je suis toujours très chic, bien costumé et cravaté… », avait-il affirmé sans fausse modestie.

Pendant que l’ex-chanteur de Zenglen peut s’offrir une paire de bottes à plus de $2000, la plupart des Haïtiens, eux, vivent avec moins de $2 par jour. Aigris sont effectivement ceux et celles qui se plaignent de l' « ostentation » de Monsieur Delva. Littéralement.



Réagir à cet article