L\'élan de solidarité

Société - Une chose est certaine: devant la tragédie asiatique, l\'idifférence n\'est pas de mise. Chaque habitant de la planète Terre s\'est senti concerné. Sensible à la détresse humaine, aux souffrances des populations touchées, affectées par une catastrophe inattendue. Les images de gens, de mères de famille portant leurs bébés sur les bras, paniqués par les répliques et se réfugiant sur les hauteurs ont provoqué un serrement de coeur.La mobilisation mondiale s\'organise. Grâce à la mondialisation des images, dixit \"Le Figaro\". Le même journal, en date du 3 janvier 2005, titre en éditorial: \"Nous sommes tous asiatiques\", reprenant le titre de \"Le...

L\'Astrologie et l\'Astronomie, miracle de l\'Ecriture!

Société - Tout est écrit et se résume; Dieu du ciel. Notre Dieu-Créateur a établi un Royaume à la surface de la terre. D\'ici-bas étant rien au monde n\'a de valeur spirituelle en déça de l\'harmonie céleste et le jeu des éléments sublunaires à l\'être créé, aux animaux et aux plantes. Ainsi, s\'exprime Robert Fludd - philosophe et savant astrologue dont l\'oeuvre et la vie chevauchent au XVIe et XVIIe siècle. Pour mieux comprendre et d\'aucuns le disent, il faut aller aux sources des grandes civilisations proto-historiques où les Annales les plus anciennes nous prouvent que l\'Astrologie était connue et pratiquée depuis...

Dits et non dits

Société - 2004 : vade retro... Oui, Satanas : voilà comment on aimerait saluer cette année qui s\'en va et qui nous laisse son cortège de douleurs dont nous aurons bien du mal à guérir. C\'est en effet durant cette année 2004 que ce pays a perdu son fragile équilibre économique qui l\'a foutu dans la merde. Au point qu\'on se demande s\'il est possible de remonter le courant sans « un plan Marshall » à notre échelle. Vols, concussions des pouvoirs publics, insécurité de plus en plus grandissante fomentée par les sbires d\'Aristide, même les plus nantis habitués au profit se...

S.O.S.

Société - Cela fera bientôt 10 interminables et pénibles mois, que le Président Jean-Bertrand Aristide a vu son mandat constitutionnel brutalement interrompu, après une longue campagne de déstabilisation, couronnée le 29 février 2004, par une opération militaire étrangère. Cette nouvelle intervention a été d\'autant plus douloureuse et humiliante pour la majorité des Haïtiens, qu\'elle a été menée par les troupes des 2 pays ayant causé le plus de tort à Haïti tout au long de son histoire, et qui, au comble de la perversité, ont choisi de nous remettre sous leurs bottes, l\'année même du Bicentenaire de notre Indépendance. Facilitée par la...

Monnayer le pouvoir : Le Procès de la Consolidation

Société - A l\'occasion du centième anniversaire du verdict final du Procès de la Consolidation, Le Nouvelliste offre à ses lecteurs quelques bonnes pages du deuxième tome de l\'ouvrage de Leslie Péan qui sort a la fin du mois de janvier 2005 aux Editions Maisonneuve et Larose à Paris, en France. Leslie Péan continue l\'analyse des tromperies, fourberies et mensonge de notre société. Le dialogue pour le changement ne pourra pas faire l\'économie d\'une telle analyse qui, tout en s\'arrêtant à la fraude financière, examine les multiples complicités qui habilitent et légitiment l\'absence d\'éthique dans le corps social. Parler de corruption renvoie...

Lettre ouverte à l\'Ingénieur Maurice Prosper

Société - Ingénieur Maurice Prosper Maire de Pétion-Ville. Pétion-Ville, le 30 Novembre 2004. Monsieur le Maire Je vous félicite pour les premières mesures adoptées par votre Administration dans les domaines de la circulation et de la salubrité de la Ville. Vous regrettez sans doute comme moi, que les dispositions initialement envisagées par le Gouvernement, concernant la fermeture des carrières de sable de Laboule n\'aient pu être que partiellement appliquées. Vivant dans cette commune de Pétion-Ville dont vous êtes le premier citoyen, j\'ai donc pris l\'initiative de vous communiquer dans cette lettre ouverte, des réflexions et des suggestions inspirées par cette conjoncture assez...

En hommage à Gérard Pierre-Charles

Société - C\'est à l\'occasion d\'une manifestation de solidarité avec l\'Université d\'El Salvador, célébrée dans l\'enceinte de la Benemerita Universidad Autonoma de Puebla, au Mexique, en 1982 que je connus Gérard Pierre-Charles. Nous étions au salon Barrocco du campus. Lieu qui devint par la suite le sanctuaire de notre Alma Mater, grâce à la généreuse hospitalité de cette communauté académique. C\'était une nuit froide, la majestueuse salle était décoré de sculptures de bois impressionnantes. Quand on l\'annonça comme orateur, je vis l\'effort qu\'il faisait pour se lever, de sa chaise, prendre ses béquilles et se diriger vers le podium. J\'ai été surpris...

Au-delà d\'aider les pauvres

Société - Jean Alix Boyer Devant le spectacle de la famine qui frappait le Bengladesh en 1974, le Professeur Mohamad Yunus dut sortir de ce monde imaginaire irréel où évoluent les théoriciens de l\'économie pour tenter d\'aider les pauvres sans toucher à leur dignité. En descendant de sa chaire d\'université, il prit conscience de l\'extrême dépendance des pauvres vis-à-vis des commerçants et des usuriers. Et, en partant de l\'idée qu\'il suffisait d\'une somme minimale pour permettre le développement d\'une activité, il découvrit le microcrédit et fonda par la suite, en 1983, la Grameen Bank. Quand l\'autre disait qu\'il faut que les riches...

Le rôle des partis politiques dans cette nouvelle conjoncture

Société - Nous aimerions introduire la suite de notre réflexion qui se veut une contribution dans le cadre de la recherche des solutions à la problématique haïtienne, en disant ceci: l\'histoire est a priori amoral. Elle n\'a pas d\'état d\'âme et ne connaît pas d\'hésitation. Inerte et infaillible, elle coule vers son but et connaît son chemin. Les citoyens qui s\'exercent dans la politique particulièrement ceux ou celles se sentant investis d\'une mission salvatrice pour Haïti, doivent en tenir compte. Car l\'histoire, comme science, est immuable. Son tribunal, dans la tenue des procès, n\'a pas de limite ni dans le temps ni...

« Les lavalassiens : martiens ou hors-la-loi ? »

Société - Dans la mythologie romaine, comme dans la réalité haïtienne, le dieu de la guerre « Mars » auquel nos « champs de mars » où massent les héros de l\'indépendance doivent leur nom, est très bien connu. Dans notre culture, aux dires des connaisseurs, il s\'est plutôt fait appeler sous le nom de « Ogou Feray », oh pardon, Saint Georges de préférence (Wap konn jòg). Face à la recrudescence du phénomène de l\'insécurité dont ces derniers en réclament aisément l\'ouvrage, certains n\'hésitent pas à les taxer de martiens et le « gouffre-événement », pardon, le gouvernement de son côté,...

La proclamation de l\'Indépendance d\'Haïti : symbole de l\'Union fait la Force

Société - Le monde salut le premier janvier de chaque année comme tous les débuts de chaque mois ou encore comme le début d\'une année nouvelle. Mais les Haïtiens le conçoivent suivant deux aspects différents : tout d\'abord en tant que le premier jour d\'un mois et d\'un nouvel an mais en outre il leur représente surtout l\'anniversaire de la naissance de leur pays, l\'Etat d\'Haïti. La naissance du nouvel Etat n\'est pas un accident; c\'est un fait inouï aux yeux de tous. C\'est le résultat de toute une série d\'événements qui ont jalonné notre histoire depuis l\'émergence de cette portion de...

Une nouvelle façon de vivre heureux les fêtes de fin d\'année.

Société - Βien souvent les gens pensent que c\'est l\'époque de Noël ou la fin de l\'année, le temps du bonheur. Certains s\'efforcent d\'acheter de nouvelles choses. Le bonheur, dépend-elle vraiment de ces choses extérieures ? Le Roi Salomon a été l\'homme le plus riche de l\'histoire. Pourtant de tous ses biens il a souligné : « vanité, tout est vanité ».Le bonheur dépend de quelque chose de plus élevé. Le bonheur, c\'est l\'état d\'esprit. Il dépend de votre satisfaction de votre état. C\'est vous le sculpteur de votre vie. Vous êtes très chanceux (se) car vous voulez changer vos pensées. L\'un...

LETTRE OUVERTE AUX MEMBRES DU CONSEIL DE L\'UNIVERSITÉ D\'ÉTAT D\'HAÏTI

Société - Pétion-Ville, le 05.11.2004 Chers collègues du Conseil de l\'Université d\'État d\'Haïti, Le 09 septembre dernier, je déposais par devant le conseil exécutif du rectorat de l\'Université d\'État d\'Haïti (RUEH) un texte daté d\'août 2004 et intitulé : ˝ QUELQUES RÉFLEXIONS SUR L\'AVANT-PROJET DE RÈGLEMENTS INTERNES DEVANT RÉGIR LE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL DE L\'UNIVERSITÉ D\'ÉTAT D\'HAÏTI, SOUMIS PAR LE CONSEIL EXÉCUTIF À LA CRITIQUE DES MEMBRES DU CONSEIL ˝. Dans ce document je faisais état de mes préoccupations quant au bilan et au mode de fonctionnement actuel du conseil de l\'Université d\'État d\'Haïti (CUEH) et je faisais également des propositions concrètes...

Le repli des petits marchands vers Pétion-Ville

Société - Les Haïtiens, dans leur lutte pour la survie, développent une formidable capacité d\'adaptation. Au matin du mercredi 22 décembre 2004, Radio Vision 2000 annonce que des petits commerçants, contraints de fermer boutique, disons mieux: à ne pas ouvrir leurs étals dans la capitale, se sont repliés à Pétion-Ville. Ils se sont installés sur les trottoirs (ou ce qui en reste) environnant le marché de Pétion-Ville. La circulation y est fort difficile. Disons que la circulation automobile et piétionne était déjà impossible dans la zone du marché, on imagine qu\'il n\'est plus possible de circuler. Montesquieu parlait des embarras de la...

Au menu des Etats Généraux

Société - Jean Alix Boyer L\'Etat post 1804, dont la théorie reste encore à formuler, comporte parmi ses caractéristiques dominantes le fait d\'être en crise permanente. Cette crise a des composantes multiples. Elle se rapporte aux questions liées à l\'exercice du pouvoir et aux grandes interrogations économiques et sociales auxquelles les équipes dirigeantes ont rarement apporté des réponses satisfaisantes. Le comportement de ces équipes constitue un autre facteur de crise. Car, une fois accédées au pouvoir, elles ont trouvé dans son exercice le moyen le plus facile et le plus rapide d\'accumulation. Ces mauvaises pratiques ont condamné les couches les plus vulnérables...