Le recyclage du plastique, une activité à promouvoir

À l’occasion de ses cinq ans d’existence, Konbit Plastik a organisé à Delmas, le 28 août 2021, la première édition de Salon Plastic. Plusieurs activités ont été tenues à cette occasion, dont une conférence-débat autour du thème « Recyclage des déchets plastiques et économie circulaire en Haïti : potentialités et perspectives». Le recyclage, affirment les panélistes, offre des avantages comparatifs  tant pour l'environnement que pour l´économie du pays.

Publié le 2021-08-30 | lenouvelliste.com

Le recyclage mobilise un nombre important d'acteurs. L´on dénombre de plus en plus de collecteurs de déchets à base de plastique dans le pays. Plus d'une douzaine d’entreprises participent au recyclage du plastique, embauchant ainsi des centaines de gens. Intervenant à une conférence-débat autour de ce sujet, le propriétaire de Wastec S.A, Joaneson Lacour, soutient qu'on peut créer de la richesse à partir du recyclage des déchets plastiques.

Joaneson Lacour en a profité pour présenter les résultats de plusieurs études qu'il avait dirigées dans ce secteur, notamment dans la ville des Cayes et dans l'aire métropolitaine. Selon ses conclusions, le plastique représente 10 à 15% des déchets solides à Port-au-Prince. En 2017, la quantité de déchets produits en Haïti est estimée à environ 900 000 tonnes métriques. Ainsi, avec un  peu d´accompagnement de l´État, le responsable croit qu'on pourrait recycler plus de 90 000 tonnes de déchets chaque année.

L'entrepreneur croit par ailleurs que cette activité peut générer des devises importantes pour le pays. Il y a lieu de parler d´économie circulaire dans le cadre de cette matière. « Le déchet plastique peut être recyclé indéfiniment», explique-t-il, ajoutant que le plastique recyclé entre en concurrence avec le plastique vierge un peu partout à travers le monde.  

En Haïti, le problème du secteur est que l'État ne s'y implique pas. Des initiatives individuelles ont été entrprises dans ce secteur d'activité. Pour le moment, ce sont les opérateurs qui fixent les règles. Ce qui, de l'avis des panélistes, peut se révéler néfaste pour cette activité.  Dans une démarche de politique publique, et pour prévenir le désordre et contribuer au développement du secteur, l'accompagnement de l´État s´avère indispensable.

Notons que le secteur prend de plus en plus d'ampleur. La société civile joue sa partition. L´implication de Konbit Pastik est un exemple très significatif. En cinq ans, cette structure a mobilisé, formé et équipé plus d´une centaine de collecteurs dans l´aire métropolitaine. Si l’on en croit le responsable de communication de cette structure, Robenson Sanon, rien qu’en 2020, ces agents ont pu collecter près de deux millions de livres de plastique et plus de dix millions de gourdes ont été redistribuées entre les collecteurs, ce qui leur permet de prendre soin de leurs familles respectives.

Cette institution a beaucoup investi pour assainir l’environnement du pays. Au moins six programmes sont développés à cet effet. La responsable de cette structure, Séphora Pierre-Louis, invite la population à adopter un comportement responsable face aux déchets surtout le plastique. Il faut, souligne-t-elle, changer la culture de se débarrasser des déchets pour adopter celle voulant que les déchets soient gérés efficacement. « Les déchets plastiques peuvent se transformer en une source de richesse intarissable si l’on apprend à les transformer, à les valoriser », affirme madame Pierre-Louis.



Réagir à cet article