Contrôle de la peste porcine africaine, le gouvernement mobilisé

Lors d’une conférence de presse tenue ce jeudi 5 aout 2021 au ministère de la Communication, à la rue Lamartinière, le ministre de l’Agriculture, Charlot Bredy qui se faisait accompagner de la spécialiste en peste porcine africaine et coordonnatrice de l’Unité de protection sanitaire (UPS), Dr Haïm Joseph Corvil, a donné une conférence de presse au cours de laquelle il annonce plusieurs dispositions à adopter pour empêcher la réintroduction de la peste porcine africaine (PPA) dans le pays et de la contrôler au cas où il franchirait la frontière, ce qui est d’ailleurs très probable.

Publié le 2021-08-05 | lenouvelliste.com

Depuis tantôt une semaine, pas un jour sans une activité relative au contrôle de la peste porcine. Le gouvernement haïtien notamment à travers le ministère de l’Agriculture des Ressources naturelles et du Développement rural (MARNDR) compte prendre toutes les dispositions pour contrer la peste porcine africaine présente en République dominicaine. Si aucun cas n’est encore diagnostiqué en Haïti, il n’empêche en rien que des mesures soient prises pour limiter sa propagation dans le pays.

La conférence de presse de ce 5 août s’adresse en particulier aux éleveurs de porcs. Cette fièvre virale, confie le ministre de l’Agriculture, est mortelle et hautement contagieuse. Son introduction dans le pays peut entraîner des conséquences graves sur le plan économique. Citant des statistiques de 2010, la coordonnatrice de l’UPS, Dr Haïm Joseph Corvil, parle d’un cheptel autour d’un million de porcs. Dix ans plus tard, estime la responsable, le nombre de porcs dans le pays ne devrait pas être inférieur à 800 000 têtes équivalant à plus de 14 milliards de gourdes.

Si l’on en croit les autorités, les mesures à adopter doivent être de nature à empêcher la décapitalisation des éleveurs notamment ceux des porcs. Pour y parvenir, mobilisation, sensibilisation et communication sont les principaux piliers sur lesquels reposeront les interventions du gouvernement. La commission interministérielle relative à cette maladie est réactivée. Les autorités croient qu’il est urgent de mobiliser toutes les ressources nécessaires afin d’exercer un contrôle systématique et constant au niveau de tous les points frontaliers que partagent Haïti avec la République dominicaine. L’idée est de contrôler tout mouvement des porcs de la république voisine vers Haïti.

Le titulaire du ministère de l’Agriculture annonce, à cet effet, tout un train de mesures pour renforcer le contrôle au niveau de la frontière. En plus des institutions publiques présentes, tous les experts du ministère et plusieurs centaines d’agents vétérinaires actifs sont mobilisés à cet effet.

Aucun cas de peste porcine n’est encore diagnostiqué dans le pays. Toutefois le gouvernement se met au travail pour ne pas être pris au dépourvu. La mobilisation est totale. En plus des institutions locales, le gouvernement entend discuter avec ses partenaires techniques et financiers internationaux afin de mieux maîtriser la situation dans l’optique de limiter le plus possible le risque de propagation de cette maladie au cas où le virus parviendrait à rentrer dans le pays.  



Réagir à cet article