Economie / Jean-Pierre Boris / Presse

Le retrait d’un professionnel de l’information économique

Publié le 2021-07-27 | lenouvelliste.com

La dernière sortie, prévue le samedi 26 juin 2021, avec Jean-Pierre Boris du populaire magazine « Éco d’ici – Éco d’ailleurs » de Radio France Internationale, aura pour thème « Le retour de l’inflation ». Comme toujours, un sujet sérieux, selon le célèbre présentateur et producteur, qui se retire après 43 ans de service, à Radio France Internationale (RFI). Juan Gomez, modérateur de « Appels sur l’actualité », a tenu à l’avoir pour invité le vendredi 25 juin pour ce dernier tour de piste.

Les auditeurs africains ne cachent pas qu’il va leur manquer. L’un d’eux : « Cette grande voix va me manquer. » Un autre déclare qu’il suit l’émission depuis 20 ans ; il était à l’école et son père la captait. Depuis, il est devenu un fidèle auditeur de « Éco d’ici -  Éco d’ailleurs ». Un troisième lui est redevable parce que le magazine l’a aidé à préparer son mémoire de sortie. Un quatrième s’étonne de ce départ à la retraite : « J’ai toujours cru que Jean-Pierre avait 45 ans. » Que le temps passe vite ! Un dernier auditeur suit l’émission depuis deux ans seulement et regrette qu’il soit un tard-venu.

Des souvenirs heureux, Jean-Pierre en a plein. Il était attaché initialement au service International où il fait des reportages en Amérique latine, puis affecté au service économique ; il aura l’idée de « La chronique des matières premières » vu l’exploitation d’un groupe de travailleurs dans une plantation sud-américaine. À la salle de rédaction, un collègue ne cachait pas le sort réservé à l’initiative : « Ça ne tiendra pas trois mois. » Pourtant la chronique existe à l’antenne depuis 23 ans, tour à tour animée par Éric Bataillon, Claire Farge et Marie-Pierre Aulphan.

Quand on le presse de dévoiler l’identité de son successeur à « Éco d’ici -  Éco d’ailleurs », il dit : «Patience. Attendez le samedi 26 juin. Ce ne sera pas forcément un homme, ça pourra être une femme. » On a compris : le problème de genre ne se pose pas à la radio mondiale.

Des souvenirs malheureux. Il évoque l’assassinat de Ghislaine Dupont et de Claude Verlon au Mali le 1er novembre 2013. Il regrette la disparition prématurée de Gilles Obringer, Marc Minatel, Laurent Sadoux…

Il aura traîné son microphone en Amérique latine et sur le continent africain. Un grand reporter. Les questions pleuvent via le standard téléphonique et sur la page Facebook de « Appels sur l’actualité ». Jean-Pierre Boris – modeste, comme le relève, plutôt le révèle Juan Gomez – insiste :

- Je ne suis pas économiste. Je n’ai pas les solutions.

- Cependant, à un étudiant qui voulait savoir la recette pour devenir un bon journaliste économique, il conseille :

- Étude des dossiers jour après jour. C’est en étudiant les dossiers qu’on voit les questions.

Il n’avait pas fait d’école de journalisme économique. Comment se fait-il qu’il se soit si bien tiré dans ce créneau ? J’ai une tentative de réponse, il est un autodidacte. Il a appris tout seul les rouages de l’économie. Son mérite n’en est que plus grand.

Comment s’y prend-il pour monter le magazine hebdomadaire ? Après la conférence de rédaction du lundi, il a une intuition, retient un sujet en fonction de l’actualité. Contact de l’invité. Recherche de la documentation écrite et sonore. De plus, par les ouvrages reçus, il sait comment mettre la main sur un invité de poids.

Quels auteurs recommande-t-il aux auditeurs ? Il cite Karl Polanyi, Daniel Cohen, Jean Tirolle (prix Nobel). Puis un Américain, nobélisable dont je ne retiens pas le nom. Mais il y a moyen de compenser en consultant sur le site « Appels sur l’actualité » du vendredi 25 juin 2021.

À mon sens, il y avait sur les ondes de RFI un air de fête, en même temps mêlé d’amertume. Un journaliste émérite, un professionnel de l’information économique prend congé à l’antenne. Les auditeurs vont être sevrés de son savoir-faire, de son expérience. Voix chaleureuse, ton persuasif. Que chacun ( e) tire profit de son apport dans la communication durant plus de 40 ans sur la radio mondiale !

P.S.- samedi 26 juin, à la dernière sortie, les noms de ces successeurs ont été révélés: Dominique Bayard, dès le 3 juillet, et Bruno Faure à partir de septembre.

Jean-Claude Boyer
Auteur


Réagir à cet article