Référendum : l’ONU gère 33 millions de dollars mis à disposition par l'État haïtien

Publié le 2021-06-17 | lenouvelliste.com

L’exécutif n’a pas renoncé à l’organisation du référendum. Le Comité consultatif indépendant pour l’élaboration d’une nouvelle constitution (CCI) s’est vu octroyer un nouveau délai de quarante-cinq jours, allant du 17 juin au 31 juillet 2021 afin de soumettre au président de la République le projet final de constitution accompagné du rapport des travaux préparatoires. Entre-temps, dans son dernier rapport sur Haïti devant le Conseil de sécurité cette semaine, Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU, a affirmé que l’exécutif a mis 33 millions de dollars dans le fonds fiduciaire qui devra financer les activités du référendum et d'autres relatives aux élections. 

Cette affirmation est indiquée dans le chapitre « politique et bonne gouvernance » du rapport du secrétaire général Antonio Guterres devant le Conseil de sécurité des Nations unies. « À la demande du gouvernement, le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) et le Bureau des Nations Unies pour les services d’appui aux projets (UNOPS) ont apporté un soutien technique et opérationnel en achetant du matériel électoral et en procédant à des préparatifs logistiques. Un panier de fonds géré par le PNUD a été créé à cet effet, auquel le gouvernement a contribué à hauteur de 33 millions de dollars jusqu’à présent. Ces fonds devraient permettre de financer en totalité le coût du référendum et en partie les activités liées à la préparation des scrutins ultérieurs », peut-on lire dans le document. 

Avant cette affirmation du secrétaire général des Nations unies, le gouvernement avait annoncé avoir versé seulement 20 millions de dollars dans le basket fund pour financer les activités référendaires et électorales. L’exécutif n’avait pas encore communiqué sur les 13 millions de dollars additionnels. Le CEP, dont les membres n’ont pas prêté serment devant la Cour de cassation, a annoncé à plusieurs reprises l’arrivée au pays de cargaisons de matériel sensible et non sensible. Les informations sur la passation de marchés pour l’acquisition de ce matériel ne sont pas rendues publiques.



Réagir à cet article