D’autres morts et d’autres cas de kidnapping

Style d'exécution: balles à la tête. C’est le point commun de cinq cadavres, non identifiés, découverts à Gressier, au sud de Port-au-Prince où au moins quatre personnes ont été enlevées non loin de leur domicile.

Publié le 2021-10-15 | lenouvelliste.com

Les cas de mort violente et les kidnappings s'accumulent. À Gressier, le juge de paix Roosvens Macénat Desmornes a confié au Nouvelliste avoir verbalisé les cadavres de cinq personnes tuées par balle, dans sa juridiction, vendredi 15 octobre 2021. Ces personnes, quatre hommes et une femme, découverte à Lambie 3, à Macome et Marianie, non loin d’une station d'essence, ont toutes reçu des projectiles à la tête, a observé le juge Desmornes, qui dit n’avoir pas trouvé de pièces d’identité sur les victimes. 

Les victimes ne sont pas des habitants de la zone. Les faits se seraient produits la veille, à environ deux heures du matin, a poursuivi Roosvens Macénat Desmornes.  «  Jusqu’en cette fin d’après-midi, le commissariat n’a toujours pas reçu de plainte concernant des disparitions », a indiqué le magistrat.

Ce vendredi, Le Nouvelliste a appris que Fritz Thomas, responsable du site où sont logés les émetteurs de plusieurs médias, dont ceux du groupe Caraïbes, a été assassiné. Le journal a appris qu’il y a eu au moins quatre cas de kidnapping, dont deux à Thomassin 39 jeudi soir.  Ils ont kidnappé le frère Jean Danic François dans son véhicule. Il était accompagné d’un franc-maçon, a expliqué au Nouvelliste une source proche du Grand-Orient de 1824.

Ce vendredi aussi, des  employés du bureau de l’Office d'assurance véhicules contre tiers (OAVCT) ont manifesté ce vendredi 15 octobre à Pétion-Ville pour protester contre le kidnapping du directeur de l’institution, Kurdy Larêche. Des barricades de pierres et de pneus enflammés ont été dressées non loin des locaux de l’OAVCT par les protestataires qui disent observer un arrêt de travail jusqu’à la libération de Larêche qui aurait été enlevé à Croix-des-Bouquets.

Des employés de la direction de l’Immigration et de l’Émigration ont protesté en milieu de semaine contre l’enlèvement de Johnson Joseph. Le journal a appris aussi qu’une femme, responsable d’une succursale d’une banque de la place a aussi été enlevée. Les faits se sont produits devant son domicile à Marin, dans la plaine du Cul-de-Sac.  La prolifération de ces actes intervient sur fond d’incapacité des pouvoirs publics à assurer la sécurité des vies et des biens, la circulation d’un point à un autre sur certaines parties du territoire.

Face à cette situation, des syndicats ont appelé à un arrêt illimité de toutes les activités dans le pays à partir du lundi 18 octobre 2021. « Du fait de la recrudescence de la violence entre bandes rivales dans les parties sud de Port-au-Prince, environ 75 % des actes criminels et troubles civils majeurs survenus dans le pays de mai à août 2021 ont été enregistrés dans le département de l’Ouest. Avec 549 cas signalés, le nombre d’homicides volontaires a augmenté de quelque 5 % par rapport à la période précédente. De même, le nombre d’enlèvements a continué d’augmenter en 2021 avec 328 victimes signalées à la police au cours des huit premiers mois de l’année, contre 234 pour toute l’année 2020 », lit-on dans ce rapport du BINUH dont le mandat a été renouvelé pour moins d’un an cette fois, au terme d’âpres discussions avec la Chine. Pour Pékin, cette mission est un échec.



Réagir à cet article