Fusillade à Ravine-Pintade : bilans et versions des faits divergent 

Publié le 2021-09-22 | lenouvelliste.com

Des habitants de la rue Nord Alexis, communément appelée Ravine-Pintade, entre Lalue et l'Avenue Poupelard, ont protesté contre ce qu'ils qualifient de « massacre » perpétré par la police contre de jeunes rappeurs munis d'armes factices au moment du tournage d'un clip, mardi autour de 10 heures du soir.

Les policiers sont venus et ont ouvert le feu, a témoigné un riverain interrogé par radio Kiskeya. D'autres soutiennent qu'il y a plusieurs morts dont les cadavres ont été emportés par une ambulance amenée sur les lieux par la police. « Ils ont tué 11 jeunes, affirmant que ces derniers étaient des membres de gang », a pesté un riverain. « Ce sont des armes en plastique », a insisté un autre.

La porte-parole de la Police nationale d'Haïti, l'inspectrice Marie Michèle Verdier, en conférence de presse ce mercredi, a indiqué que des riverains, à Lalue, ont alerté une patrouille sur la présence d'hommes armés à la rue Nord Alexis (Ravine-Pintade).

« La police a remarqué effectivement des hommes armés. En s'approchant, la patrouille a entendu des détonations. La patrouille était obligée de demander des renforts qui sont arrivés sur les lieux. Ayant entendu d'autres détonations, ils ont été obligés de tirer sur les gens qui avaient des armes en leur possession comme l'atteste le constat. Seule une enquête peut déterminer si les armes étaient factices ou non. La police, pendant l'intervention, ne pourrait pas le savoir », a argué la porte-parole de la PNH, l'inspectrice Marie Michèle Verrier.

« J'ai été requis par la police pour constater les corps de deux personnes touchées par balle. J'ai vu trois armes factices et une batte de baseball », a confié au Nouvelliste le juge de paix Jean Claude Mondélus du tribunal de la section est de Port-au-Prince.

Roberson Alphonse



Réagir à cet article