Décès de l'ex-major Dany Toussaint

Publié le 2021-09-15 | lenouvelliste.com

Dany Toussaint, sexagenaire, ex-sénateur Lavalas, ancien major des Forces armées d'Haïti (FAd’H) et candidat à la présidence lors des élections de 2006 est décédé, a appris Le Nouvelliste de sources concordantes, mercredi 15 septembre 2021. Il avait fait un accident vasculaire cérébral dont il s’était remis il y a une dizaine d’années. Cet ex-major, garde du corps et proche de l’ex-président Jean-Bertrand Aristide était un témoin privilégié du coup d’Etat du 30 septembre 1991.

Après le retour du président Aristide, qui avait démobilisé l’armée, Dany Toussaint avait dirigé la police intérimaire pendant quelques mois. L’homme, élégant, s’était fait une réputation de « Monsieur sécurité ». Il avait, entre autres entreprises, ouvert le « Dany Kings Corner » où il vendait des équipements de protection et pour la sécurité. Sénateur Lavalas, Dany Toussaint, élu aux élections du 21 mai 2000, était dans le camp des « Kakis » face aux « blouses », trois jeunes médecins issus eux aussi de Lavalas qui avait raflé la quasi-totalité des postes au Sénat.

Pendant son parcours politique, il s’était brouillé avec le célèbre journaliste haïtien Jean Léopold Dominique. Dans un éditorial intitulé « Dany Toussaint prend-il les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages ? », Jean Dominique avait fait état de profonds différends avec le sénateur et remis sa vie et celles des membres de sa famille entre les mains du puissant ex-officier des FAd’H. Le 3 avril 2000, Jean Dominique a été assassiné. Dany Toussaint a été un temps dans la ligne de mire du juge d’instruction Claudy Gassant, en charge du dossier de l’assassinat de Jean Dominique.

Dany Toussaint, homme du Nord, entre fin 1994 et 2006, a été une figure de proue sur la scène politique. Il avait rompu avec Lavalas avant la seconde chute de Jean-Bertrand Aristide le 29 février 2004. L’ex-sénateur Louis Gérald Gilles, interrogé par radio Kiskeya, a déploré la disparition de Dany Toussaint qu’il a présenté  comme un patriote qui aimait son pays.

« Des gens comme vous ne meurent jamais. Vous vivez dans le cœur de tous les amis qui ont apprécié l’homme que vous étiez. Je ne pleurerai pas, je souris », a écrit sur son compte Facebook la journaliste Sabine Jean, qui a le souvenir d’un Dany Toussaint disponible, proche des jeunes de Pétion-Ville. « Il donnait des ballons et des équipements aux jeunes qui jouaient au football à la place Boyer, à Pétion-Ville. Il discutait souvent avec des jeunes gens pour les encourager à dire non à la délinquance, à la violence, a poursuivi Sabine Jean. Dany Toussaint était marié à Renée. Je sais qu’ils ont deux enfants. »

Roberson Alphonse



Réagir à cet article