Séisme

"Healing Art Mission" dans le grand Sud en soutien au système de santé

Healing Art, organisation américaine à but non lucratif, est l'épine dorsale des différentes interventions médicales dans le grand Sud. Après le déploiement de cette mission, le Dr Jean-Fritz Jacques revient sur l'essentiel des activités de cette organisation.

Publié le 2021-09-10 | lenouvelliste.com

Au début, « Healing Art Mission » voulait accompagner les médecins bénévoles sur le terrain. « Rester dans l'ombre, arrondir les angles pour pouvoir faciliter le travail du système de soins dans ce contexte post-catastrophe », avance le Dr Jean-Fritz Jacques, représentant de cette organisation en Haïti.

Arrivés sur le terrain, les responsables de « Healing Art Mission » ont fait le point sur la situation en identifiant les principaux besoins. « L’absence quasi certaine de préparation aux conséquences du séisme a incité HAM à signer un protocole d’accord avec les responsables des principaux hôpitaux du Sud et des Nippes, pour renforcer leur capacité en ressources humaines, matérielles et financières, afin d’apporter une réponse coordonnée au séisme. Ce protocole, entre autres, prévoit la couverture des soins orthopédiques et chirurgicaux pendant une période d’un mois à trois mois après le séisme (suivi) », explique le Dr Jean-Fritz Jacques.

Sur le terrain, le « HAM » a développé différents protocoles d'entente avec les structures hospitalières des trois départements touchés par le séisme. « Certains hôpitaux avaient besoin de spécialistes, nous en avons payé pour eux. Pour d'autres, nous avons apporté les intrants nécessaires. Les hôpitaux qui pouvaient fonctionner normalement ont reçu des incitatifs pour assurer la continuité des services », relate le Dr Jacques.
 
Les consultations, la distribution des intrants anesthésiques, les interventions chirurgicales, tout ou presque a été fait avec l'aide du « Healing Art Mission.» « Un recrutement et une mobilisation massive d’une équipe spécialisée constituée d’orthopédistes, de chirurgiens, d’anesthésiologistes et d’infirmières en soins spécialisés des plaies complexes, de résidents seniors ont été réalisés, ce, pour une période de 22 jours post-séisme. 

L’engagement sans faille de ces professionnels de la santé, entrepreneurs et administrateurs a été acquis sur la base d’une motivation émotionnelle face à la souffrance de la population, mais aussi à la lumière des faits mis en évidence dans les données pertinentes collectées sur l’état de santé et la vulnérabilité des victimes du séisme du 14 août. Après avoir compris la mission, la vision, le plan d’implémentation que HAM proposait, l’adhésion et l’engagement de tout le monde ont été obtenus rapidement », se souvient le Dr Jacques.

Environ un mois après le séisme, le HAM compte rester sur le terrain pour assurer le suivi des cas vus après le séisme, et aider le système de santé à se révéler dans le grand Sud après cette catastrophe inattendue. « Avec nos différentes actions sur le terrain, notre objectif de restauration du bien-être physique et psychologique des patients tout en préservant leur dignité, en évitant d’entrer en compétition déloyale avec les ressources locales, a été atteint. Nous continuons à focaliser notre attention et nos interventions sur la stabilisation des malades, la délivrance des soins définitifs et le suivi post-interventionnel », conclut le Dr Jean-Fritz Jacques.



Réagir à cet article