Une importante victoire pour le football féminin de la zone

Concacaf football femme La Confédération d’Amérique du Nord, Centrale et Caraïbes de football (Concacaf) a lancé, ce jeudi 19 août 2021, un vaste projet visant à promouvoir et à rendre plus dynamique le football féminin de la région. Pour y arriver, elle s’apprête à organiser pas moins de quatre grandes compétitions entre novembre 2021 et août 2024. Ce seront, entre autres, le Championnat de la Concacaf 2022, la Ligue des nations 2023 et l’édition 2024 de la Gold Cup avec douze pays. Une très belle vitrine et opportunité pour le football féminin haïtien !

Publié le 2021-08-20 | lenouvelliste.com

Les pays membres de la Concacaf, entre novembre 2021 et août 2024 auront à disputer un total de 195 rencontres tout au long de cette période. Ils auront à jouer d’abord le Championnat de la Concacaf en 2022, qui servira de qualification pour la phase finale de la Coupe du Monde de la FIFA, Australie et Nouvelle-Zélande 2023. Puis, la Gold Cup 2024 qui, pour sa part, servira de qualification pour les Jeux Olympiques de Paris 2024. Ensuite, à côté de ces deux grandes compétitions, ils auront à jouer la Ligue des nations en 2023. Finalement, ils auront à croiser le fer lors du play-in de la Gold Cup et des JO de Paris 2024.

Venons-en au Championnat de la Concacaf. Pour accéder à la phase finale de cette compétition, trente équipes, divisées en six groupes de cinq, disputeront le tour préliminaire. Elles auront à jouer deux rencontres à domicile et autant hors de leur base. Le tirage au sort de la première édition de ce championnat se tiendra ce samedi 21 août à Miami (Floride, USA), au siège de la Concacaf.

La phase finale du Championnat de la Concacaf verra huit pays, répartis en deux groupes de quatre, dont les USA et le Canada (qualifiés d’office), s’affronter pour le gain du titre suprême. Le vainqueur de cette compétition se qualifiera à la fois pour la phase finale de la Coupe du Monde de la FIFA, Australie et Nouvelle-Zélande 2023, les Jeux Olympiques de Paris 2024 et la Gold Cup 2024. Parallèlement, les pays terminés à la deuxième et troisième places de ce championnat disputeront un play-in en septembre 2023, et le vainqueur sera qualifié également pour la Coupe du Monde, les Jeux Olympiques et la Gold Cup.   

La Ligue des nations 2023

L’instance suprême du football de la région, au même titre que pour les équipes masculines, lancera la Ligue des nations de la Concacaf pour celles féminines. Trente-trois pays ainsi que les deux nations qualifiées pour les Jeux Olympiques, soit 35 au total, disputeront la compétition. La Ligue A comportera neuf équipes, choisies en fonction de leur classement FIFA. Elles seront divisées en trois de trois. Haïti, classée 62ème mondiale et 7ème Concacaf, jouera dans la Ligue A. Entre-temps, douze pays, répartis en trois groupes de quatre hériteront de la Ligue B et la Ligue C comportera douze pays, divisés en trois groupes de quatre.  

La Ligue des nations (A, B et C) se disputera en septembre, octobre et novembre 2023. Les trois équipes de la Ligue A, terminées à la première place de leur groupe, rejoindront la Gold Cup 2024. Parallèlement, les trois pays de la Ligue A, qui auront à prendre la deuxième place de leur poule, joueront en avril 2023, le play-in de la Gold Cup face aux trois premiers de la Ligue B. Les trois vainqueurs seront qualifiés pour l’édition 2024 de la Gold Cup.

La Gold Cup 2024 de la Concacaf

Douze nations auront à disputer, l’été 2024, la première édition de la Gold Cup. Elles seront, entre autres, le vainqueur du championnat de la Concacaf 2022, le vainqueur du play-in des Jeux Olympiques de Paris 2024, les premières des trois poules de la Ligue A des nations, les trois vainqueurs du play-in de la Gold Cup et quatre autres pays invités, issus de confédérations différentes. Dans l’attente de connaître l’identité de ces douze pays, la Concacaf a confirmé que ces équipes seront réparties en trois poules de quatre.

Tout laisse croire qu’Haïti, avec déjà une colonie de Grenadières évoluant toutes en France, et qui sera renforcée avec une dizaine d’autres, dont Melchie Daëlle Dumornay (annoncée avec insistance au sein de Reims), s’il faut se fier aux propos de Carlo Marcelin, secrétaire général de la Fédération haïtienne de football, pourrait tirer son épingle du jeu, en se qualifiant au moins pour la phase finale du Championnat de la Concacaf 2022 et l’édition 2024 de la Gold Cup, à défaut de rater la phase finale de la Coupe du Monde de la FIFA, Australie et Nouvelle-Zélande 2023 ou encore les Jeux Olympiques de Paris 2024.



Réagir à cet article