Installation de la Commission nationale de développement de la validation des acquis de l’expérience

Afin d’implémenter la loi sur la Reconnaissance et validation des acquis et de l’expérience professionnelle (RVAEP), portée par le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP), au travers du bureau de la secrétaire d’Etat à la Formation, une commission nationale a été installée, le mardi 15 juin 2021, en vue de définir et de mettre en œuvre toutes les actions de promotion concernant la validation des acquis de l’expérience professionnelle dans le pays.

Publié le 2021-06-16 | lenouvelliste.com

« Tous les ministères, les Universités publiques en région (UPR), l'Université d'Etat d'Haïti, la Chambre des métiers et de l'artisanat, la Chambre de commerce et de l'industrie, l'ADIH, l'INFP, le Centre Pilote de formation professionnelle, Centre Canado-Technique, Haititech, l'OMRH, le bureau du secrétaire d'Etat à la Formation professionnelle, la Corpuha, l’Initiative de la société civile, Unité de coordination des projets de la Formation technique et professionnelle (UCP/FTP) » devront être représentés au sein de cette commission.

Pour l’instant, les personnalités confirmées par le bureau de la secrétaire d’Etat à la Formation sont : « Jonel Dilhomme (ministère de la Justice et de la sécurité publique), Glodel Mezilas (Ministère des Affaires étrangères), Mackendy Alcius Gaty (bureau du secrétaire d’Etat à l'Intégration des personnes handicapées), Harry Toussaint (ministère de la Jeunesse et des Sports), Lourdes Edith Joseph (ministère de l’Éducation nationale), Jonathan Joseph (bureau de la secrétaire d'Etat à la Formation), Jean Gérard Mondesir (Institut national de la formation professionnelle), Josselin Val : (CORPUHA), Dashima Miché (Université d’Etat d’Haïti),  Nahum Lafleur : (Universités publiques en région), Kerline Dessalines (Enseignement fondamental), Gary pierre (Canado- Technique), Renold Telfort (unité de coordination des projets), Rosny Desroches (Initiative de la société civile), Wilfrid Anelas (direction de perfectionnement), Christine Stephenson (Chambre des métiers) ».

Selon l’article 17 de cette loi sur la Reconnaissance et la validation des acquis de l’expérience professionnelle (RVAEP), la Commission doit harmoniser les actions du gouvernement haïtien en matière de validation des acquis de l’expérience (VAEP). Elle doit faciliter la coordination des services statistiques et d’observation de la VAEP. Elle doit également faciliter la mobilisation des entreprises, des associations patronales, des institutions de formation, des organismes publics, des institutions privées et des partenaires nationaux et internationaux autour des dispositifs de la VAEP.

Pour le ministre de l’Éducation national, Pierre Josué Agénor Cadet, l’installation de la commission est une étape importante pour la mise en œuvre de la loi sur la VAEP promulguée en février 2019. Cette loi permet de prendre en compte des professionnels dans plusieurs domaines (ayant un certain nombre d’années d’expérience) de bénéficier d’une certaine reconnaissance et de validation. Pour le ministre, cette loi est un outil important pour le développement du secteur de l’éducation, notamment pour le sous-secteur de la formation professionnelle.

La présentation de cette loi a été faite par la secrétaire d’Etat à la Formation professionnelle, Maguy Durcé, qui n’a pas caché son enthousiasme pour cette étape franchie avec la mise sur pied de cette commission qui devra faciliter l’implémentation de cette démarche. Elle évoque les efforts et les sacrifices consentis pour aboutir à cette action qui envoie un signal positif à de nombreux citoyens haïtiens qui bénéficieront de cette loi.

Le projet est financé par l’ambassade de Suisse, à travers le projet Système de qualification et d’accès au travail (SQUAT), « La formation professionnelle est un élément clé de l’éducation », pour le représentant de ladite ambassade, Christian Schoenemberger, qui participait à la cérémonie de l’installation de la commission qui sera coordonnée par M. Charles Levelt Joseph.



Réagir à cet article