Énergie : 60 mégawatts de plus sur le réseau de la zone métropolitaine d’ici quatre semaines

Selon le Dr Evenson Calixte, directeur général de l’Autorité nationale de régulation du secteur de l’énergie (ANARSE), avec ses deux turbines pouvant produire séparément 37 mégawatts chacune, en termes de capacité nominale, la centrale thermique à gaz naturel de Carrefour aura une puissance installée de 74 mégawatts.  Mais on peut en tirer 60 mégawatts, précise le DG de l’ANARSE.

Publié le 2021-05-10 | lenouvelliste.com

Dans environ quatre semaines, les travaux de la centrale thermique à gaz naturel de Carrefour prendront fin, ce qui permettra d’ajouter 60 mégawatts sur le réseau électrique de la zone métropolitaine. Si l’on en croit le directeur général de l’Autorité nationale de régulation du secteur de l’énergie (ANARSE), la construction de cette centrale est inscrite dans un plan d’installation de plusieurs centrales thermiques qui fonctionnent à base de gaz naturel en vue de diversifier la matrice énergétique du pays. En effet, la production thermique est très importante, défend Evenson Calixte, qui expose les problèmes de la centrale de Péligre qui dépend de la saison pluvieuse.

Selon le Dr Evenson Calixte, qui intervenait à l’émission Panel Magik, sur Magik 9, le mercredi 5 mai 2021,  le pays doit quitter la production thermique via le diesel ou le mazout pour passer au gaz naturel, un combustible plus propre et moins cher. Cette centrale aura deux turbines ayant chacune une capacité de production de 37 mégawatts. Avec ses deux turbines, la centrale aura donc une puissance installée de 74 mégawatts. Cependant, selon les informations révélées par le DG de l’ANARSE, l’on injectera sur le réseau de la zone métropolitaine seulement 60 mégawatts grâce à cette centrale.

« Dans quelques semaines, lorsque cette injection sera faite sur le réseau, tout le monde s’en rendra compte. Il ne faut pas oublier que la centrale de Péligre produit déjà 54 mégawatts nominalement. Chacune des deux turbines installées à Carrefour a une capacité de 37 megawatts », informe le Dr Evenson Calixte, qui prédit une nette amélioration dans la quantité d’heures électrifiées dans la capitale.

Les turbines de la centrale thermique de Carrefour, à côté du gaz naturel, pourront fonctionner à base de propane et de diesel. « En vue d’assurer la fiabilité d’une fourniture, il est toujours recommandé d’avoir plus qu’un fioul. C’est pourquoi nous avons une centrale qui peut marcher avec trois fiouls. […] Nous avons pris la décision de la faire fonctionner avec le propane en ayant le diesel comme alternative. Si on a une rupture d’alimentation en propane, on peut passer illico au diesel », explique le DG de l’ANARSE, qui dit être en pourparlers avec la compagnie General Electric sur la possibilité de démarrer la centrale avec de préférence le gaz naturel au lieu du propane.

Cependant, M. Calixte relève quelques difficultés qui peuvent constituer un obstacle. « La chaîne de valeurs du réseau électrique comporte trois maillons: production, transport et distribution », informe-t-il en ajoutant qu’il y a beaucoup de problèmes au niveau de la distribution de l’énergie électrique dans la zone métropolitaine. En effet, si les sous-stations jouent un rôle fondamental dans la chaîne de distribution, la plupart d’entre elles ne fonctionnent pas. « Nous avons 10 sous-stations dans la zone métropolitaine, neuf d’entre elles sont saturées », avoue Evenson Calixte qui insiste sur le travail à faire au niveau de la distribution afin que les consommateurs puissent bénéficier de l’énergie produite.



Réagir à cet article