Rose Lumane Saint-Jean au dernier carré du concours de l’éloquence international

Rose Lumane Saint-Jean a décroché son ticket pour la grande finale du concours de l’éloquence international. La gagnante de la 5ème édition du concours de plaidoirie sur les droits humains 2020 du BDHH s’est distinguée lors de  la  demi-finale du concours de l'éloquence Panthéon Sorbonne, ce mercredi 14 avril 2021. La jeune femme a bien défendu l'affirmative de la résolution " Faut-il faire passer le copain d'abord ?". Elle s'est vu qualifier du même coup  pour la grande finale de ce concours international qui se tiendra, sous la coupole de l’Institut de France, le 25 mai prochain.

Publié le 2021-04-16 | lenouvelliste.com

Elle a passé la demi-finale avec succès. Rose Lumane Saint-Jean a brillé de mille feux et conquis, hier soir,  le cœur du jury. Tous les yeux étaient rivés sur  cette demi-finale, mettant  aux prises quatre postulants sélectionnés lors du deuxième tour en mars dernier. La licenciée en Sciences administratives et de gouvernance locale à l'Université publique du Nord au Cap-Haïtien a  defendu  avec brio son point de vue par des arguments convaincants. Un discours d'anthologie, empreint d'une grande profondeur.

En demi-finale, sur le thème proposé « Faut-il faire passer les copains en premier ? », la jeune femme a particulièrement brillé. « Un copain est celui auquel on s’identifie: des collègues, des consoeurs, des frères. Les copains sont des êtres humains, ce sont les membres du corps social. C’est l’homme, c’est l’autre. Faire passer l’autre avant, c’est faire passer les copains d’abord; il est un devoir de faire passer l’autre d’abord », a-t-elle déclaré, laissant entendre la priorité de l’altruisme qui exige un dépassement de soi.

Dans son discours, Rose a touché le coeur du jury. Humaniste, altruiste, Rose nous invite à developper la culture de l'autre. Citant les grands hommes qui ont fait l’histoire, des immortels comme Victor Hugo, Che Guevara ou Montesquieu, l’universitaire plaide pour que nos actions priorisent d’abord l’autre, quelles que soient sa race ou sa nationalité. « Il faut faire passer l’autre d’abord sans vouloir le connaitre, pourvu qu’il soit un homme. Il faut faire passer l’autre d’abord, le mendiant, le SDF ou le vieillard à qui il faut céder sa place, celui qu’il faut vacciner », martèle Rose.

Dénoncant l’injustice qui règne dans le monde et en Haïti, en particulier, cette fille du pays qui promeut une société égalitaire fustige contre nos hommes d'État. « Faire passer l’autre, c’est un exercice que les dirigeants de mon pays et tant d’autres ont ignoré. Ils privent leur peuple de ce à  quoi ils ont droit pour jouir du luxe jusqu’au soir de leur vie. Ils ont oublié que la culture de l’autre, il n’y aurait pas eu Martin Luthrer King, Nelson Mandela, Toussaint Louverture et Jean-Jacques Dessalines », rappelle-t-elle.

Organisé chaque année, en partenariat avec l'Agence universitaire de la francophonie (AUF), la Fondation Voltaire et TV5MONDE,  le Concours international d'éloquence est ouvert à l'ensemble des  étudiants de l’université – toutes filières confondues – ainsi qu'aux candidats à travers le monde. Il s'adresse aussi aux étudiants inscrits dans les universités membres de l'AUF. La grande finale de cette édition  aura lieu le 25 mai 2021 à l'Institut de France, sous la Coupole.

.



Réagir à cet article