Olriche Rosier présente ibous, une nouvelle bourse technologique

PUBLIÉ 2017-08-23
Jeune informaticien, Olriche Rosier vient de remporter la première édition du challenge Cup Haiti. Avec son projet de bourse virtuelle « ibous », il est sorti champion face à une équipe de chefs d’entreprises expérimentés. À la rencontre de ce jeune homme ambitieux, étudiant en dernière année de sciences informatiques á l’ESIH, dont le rêve n’est autre que de révolutionner le système financier en Haïti par le biais de la technologie.


Avec sa nouvelle entreprise ibous, Olriche Rosier multiplie les victoires. Après avoir raflé la deuxième place de la compétition IBS (Initiative Stéphane Bruno), il gagne le Challenge Cup Haiti face à une belle palette de chefs d’entreprises. En route vers la grande finale du Challenge Cup International qui se tiendra à New York en novembre 2017, il sera l’un des 77 compétiteurs à pitcher leur entreprise en présence de grands investisseurs.

Olriche Rosier porteur de projet à qui le succès sourit, est un jeune amical et sympathique. Dans sa voix, il laisse entendre sa fougue et son ambition. L’ambition de créer, de résoudre des difficultés et de faciliter le quotidien de ses confrères. Il avait déjà essayé avec Achtel9,un magasin en ligne et un peu plus tard il viendra avec ibous, une création des plus intéressantes qui le met sous le feu des projecteurs.

Pour faciliter les achats dans sa boutique virtuelle Achtel 9, Olriche a créé « ibous », un compte en ligne sur lequel on peut faire des dépôts et effectuer des achats en ligne. « J’ai aussi créé ibous pour aider les jeunes à effectuer certaines transactions vu qu’ils n’ont pas tous accès aux cartes de crédit », raconte le jeune entrepreneur qui a lancé « ibous » en août 2016 dans l’objectif de voler au secours des jeunes limités financièrement. D’abord seul sur le projet, quatre de ses amis l’ont rejoint un peu plus tard.

« Au début, nous n’avions que des coupons ibous. Mais très vite, de nouvelles idées ont fait surface et on est venu avec la puce ibous que l’on peut intégrer aux bijoux (anneaux, montres, bracelets) ainsi qu’à des lunettes ou tout autre objet », explique Olriche qui voit déjà son ibous conquérir tout le territoire national dans les 10 prochains mois. L’anneau ibous détenant la puce électronique a déjà été expérimenté et, en moins de deux secondes, on a réussi à effectuer une transaction avec le lecteur appropriée. Avant la fin de l’année, le jeune PDG promet la mise en circulation des différents services de la plateforme « ibous ».

Bien plus qu’une plateforme en ligne, ibous offrira de nombreux services financiers dont la possibilité d’avoir une carte de crédit virtuelle MasterCard pour ses achats, l’accès à une puce permettant d’effectuer ses courses dans divers magasins, supermarchés, boutiques, stations d’essence et même des restaurants du pays, et tout ça, à des frais de 0,6 à 0,9% par transaction. Selon le PDG, « ibous » apportera solution aux divers problèmes que connaissent les caissiers lors des paiements et de nombreux cas de vol seront aussi évités grâce à la diminution de la circulation des espèces que les services d’ibous vont engendrer. Pour avoir accès a l'ensemble de ces avantages, il suffit de créer un compte ibous sur le site ibous.com.

Jeune entrepreneur, outre son site de vente en ligne « Achtel9 », Olriche, qui a suivi une formation en entrepreneuriat, gère également un poulailler hébergeant plus d’une centaine de poules. Grâce à ses connaissances en technologie, il vient tout juste de fabriquer un incubateur artificiel pour la couvaison de ses œufs. Là encore, c’est grâce à la technologie qu’il parvient à faire croître son entreprise.

Enfant très porté sur la technologie, l’ancien élève du Collège canado-haïtien faisait déjà ses preuves sur les bancs de l’école. Il passait son temps à pianoter et parcourir les outils électroniques. À plusieurs reprises, son amour pour ses engins l’a conduit à la direction de l’institution. Que ce soient les portables ou les ordinateurs, il prenait un plaisir fou à les manipuler. En 2007, alors qu’il était en huitième année fondamentale, Olriche était l’un des rares enfants à faire usage de l’Internet dans sa classe sur son portable. « Avec le Samsung très ancien que j’avais à l’époque, je suis parvenu à me connecter à Internet, mes camarades étaient tous ébahis face à mon exploit. La première fois qu’un responsable m'a surpris, j’ai même été puni », se souvient encore Olriche.

Caressant de nombreux autres projets technologiques dont « Sante Pa m », une plateforme de dossiers médicaux accessible en ligne, Olriche Rosier, qui soufflera sa 24e bougie le 30 août 2017, ambitionne de voir « ibous » grandir jusqu’à s’imposer à l’échelle internationale au même niveau que Paypal.

Croyant dur comme fer en la réussite de son entreprise, « ibous », le jeune informaticien envisage de porter une infinité de solutions technologiques aux problèmes auxquels le pays fait face et ainsi inscrire Haïti sur la liste des pays révolutionnant l’univers de la technologie.



Réagir à cet article