Menaces de mort et intimidation, le lot de juges de paix et greffiers ayant officiés dans le dossier de l’assassinat du président Moïse            

Publié le 2021-07-26 | lenouvelliste.com

Le juge de paix suppléant du tribunal de paix de Pétion-Ville, Clément Noël, qui a effectué des constats et auditions dans le cadre du dossier judiciaire ouvert après l’assassinat du président Jovenel Moïse indique être l’objet de menaces de mort.  « Malheureusement, malgré le fait que j'aie quitté chez moi depuis deux semaines, je continue de recevoir des appels d'inconnus me proférant des menaces de mort », a affirmé au Nouvelliste le juge Clément Noël, dimanche 25 juillet 2021. « J'aimerais vraiment que vous fassiez passer le message. Aujourd'hui j'ai reçu trois appels d’inconnus », a-t-il dit, soulignant être dans « la tourmente » du point de vue psychologique. « On ose même me demander de changer des faits dans le procès-verbal que j'ai rédigé le 7 juillet 2021 dans la soirée. Et je ne peux pas minimiser ces menaces, vu la situation du pays », a confié le juge de paix.

Un autre juge, Carl Henry Destin, qui avait verbalisé le cadavre du président Moïse et recueilli des déclarations de plusieurs personnes chez le président, s’est lui aussi mis à couvert.                      

Le 12 juillet dernier, l’Association nationale des greffiers avait dénoncé ses menaces contre deux greffiers. « L'Association nationale des greffiers haïtiens (ANAGH) tient à attirer l'attention de l'opinion publique nationale et internationale que les greffiers Marcelin Valentin et Waky Philostène du Tribunal de Paix de Pétion-ville qui avaient assisté les Juges au constat matériel des faits, aux différentes perquisitions et à l'audition des présumés assassins dans le cadre de l'assassinat du président de la République, S.E.M Jovenel Moïse, sont l'objet de graves menaces de mort dans l'exercice de leur fonction », pouvait-on lire dans une note signée par Me Martin Aîné, président de cette association.

Auteur


Réagir à cet article