Grande affluence pour la première journée du Bibliothon en faveur de la bibliothèque Paulette Pourjol Oriol de Carrefour

La mairie de Carrefour a lancé, jeudi 29 avril 2021, trois journées de bibliothon en vue de collecter des ouvrages au profit de la bibliothèque Paulette Pourjol Oriol du Centre culturel Manno Charlemagne de cette commune dont l’inauguration est prévue le 17 mai prochain. 

Publié le 2021-04-29 | lenouvelliste.com

Enthousiasme et bonheur. Tels sont les maitres mots de cette première journée de collecte d’ouvrages organisée par la mairie de Carrefour, en faveur de la bibliothèque Paulette Pourjol Oriol du centre culturel Manno Charlemagne. C’est en effet la voix de ce dernier qui habite, à travers des milliers de décibels émis par un truck-sound garé à l’entrée du centre,  le quartier de Thor, et accueille quiconque empruntant cette zone ce jeudi 29 avril 2021.

Devant le bâtiment pratiquement achevé de ce centre dont l’inauguration est prévue le 17 mai prochain, les va-et-vient sont incessants. Il y a des délégations d’élèves, des entrepreneurs de la commune, des notables ou de simples citoyens. Le dénominateur commun entre eux : le plaisir d’apporter leur contribution à l’édification de ce centre qui va participer au renouveau culturel de Carrefour.

Celui qui nous accueille, c’est un homme rempli d’énergie positive dont le bonheur et la fierté sont contagieux. Blondy Wolf Gabynho Leblanc connait le projet par cœur. Cet activiste culturel qui a déjà initié le « Festival Liv Kafou » et « Week-end poétique » a toujours assisté le maire de Carrefour, Jude Edouard Pierre, dans la mise en œuvre de ce projet. C’est lui qui nous fait visiter le bâtiment.

À l’entrée, des hommes et des femmes dont certains proviennent du Centre culturel et de recherche pour l’épanouissement de la jeunesse (CECREJ), aidés des agents de la municipalité, reçoivent les donateurs. À cet endroit précis du centre, il y a une longue queue. Pour chaque livre reçu, ces volontaires doivent inscrire le nom du donateur et le titre de l’ouvrage offert. Une bien pénible tâche tant l’affluence est grande. Au moment où nous rentrons, la délégation des élèves de l’École communale de Carrefour se faisait enregistrer. Une vingtaine d’élèves, les uns plus fiers que les autres, ont visité le centre. 

Le Centre culturel Manno Charlemagne aura, entre autres, un auditorium portant le nom de Roland Dorfeuilles, des archives pour sauvegarder la mémoire de la commune, une salle d’exposition de tableaux et une salle multimédia, nous confie Blondy Wolf Gabynho Leblanc. « Aujourd’hui, nous avons enfin un espace où nous faisons une concentration culturelle. Nous pensons réellement que le Centre culturel municipal Manno Charlemagne est un renouveau culturel non seulement pour la commune de Carrefour en particulier mais pour le pays en général », ajoute l’activiste culturel.

Des centaines d’ouvrages reçus en une journée

Assorti de son gilet, le même que portent plusieurs autres agents municipaux, Jude Édouard Pierre, n’a pas pu cacher sa joie. Le premier citoyen de la commune, instigateur du projet, s’est parfois placé à l’accueil comme dans tout le centre pour rencontrer les visiteurs-donateurs et s’entretenir avec eux. C’est en effet lui qui a reçu une délégation d’étudiants de la Faculté des sciences (FDS) de l’Université d’État d’Haïti (UEH) qui venaient participer à la collecte d’ouvrages. Jude Édouard Pierre est très satisfait de la première journée du bibliothon.

 « Nous avons déjà reçu plus de 500 ouvrages. Nous avons reçu des ouvrages des Éditions, de Pierre Manigat, il y a des écoles, dont l’école communale qui nous envoient des centaines d’ouvrages », révèle le maire, qui remercie toutes les institutions, dont le Fonds national de l’éducation (FNE) et la Banque de la République d’Haïti (BRH) et les personnalités qui ont répondu à cœur joie à l’appel de la commune de Carrefour. 

La bibliothèque doit s’ouvrir le 17 mai prochain. Selon Jude Édouard Pierre, environ 20 mille ouvrages sont nécessaires pour cette grande ouverture. Il espère en recevoir plusieurs milliers à l’issue des trois journées de collecte d’ouvrages qui prendront fin le samedi 1er mai prochain, à l’occasion de la fête patronale de la commune. Ce projet témoigne du potentiel des mairies à développer leur territoire, croit le maire qui invite les autorités centrales à faire une meilleure prise en charge des collectivités à travers le pays.

Un grand pas vers le développement culturel de Carrefour

Il est midi. Les écoles commencent à relâcher leurs élèves. On le comprend depuis le centre, car à cette heure, les élèves viennent en plus grand nombre. Enveloppe jaune en main, Marie-Andy Delcy, élève de terminale au Collège Immaculée Conception de Carrefour, est très fière de poser sa pierre à la construction d’un édifice qui participera au développement culturel de sa commune. « Je suis heureuse et fière de faire don de ces ouvrages. Cette bibliothèque va aider plusieurs générations d’élèves à mieux s’instruire », se réjouit la jeune femme de 18 ans. 

« C’est hallucinant. Nous souhaitons que ce travail continue dans plusieurs domaines à Carrefour et dans d’autres villes du pays. C’est une idée extraordinaire qui va aider tous les jeunes Carrefourrois à avancer intellectuellement », témoigne Stanley Charles à la tête d’une délégation de 14 étudiants de la Faculté des sciences (FDS-UEH). « C’est même une obligation à tous de donner un ouvrage, car la bibliothèque sera utile à tout le monde », conseille l’étudiant en 5e année de génie électromécanique.

Adams Depré affirme ne pas avoir les mots pour exprimer sa joie face à cette réalisation.  Toutefois, le président de la classe de philo de l’École communale de Carrefour croit qu’un joli bâtiment n’est pas suffisant. Il enjoint ainsi la mairie à mettre les bouchées doubles en vue d’accoucher d'une bonne politique de gestion du centre. 

Nous devons signaler qu’une foire gastronomique a eu lieu parallèlement au centre. Les recettes provenant des ventes de cette foire seront consacrées à l’achat d’ouvrages pour la bibliothèque. Ces activités se poursuivent jusqu’à ce samedi 1er mai. Ceux qui ne sont pas dans la commune peuvent faire un don d’ouvrages en les déposant à n’importe quelle mairie du pays ou à des médias tels Le Nouvelliste, Magik 9 ou encore la Radio Télévision Caraïbe. 

Ritzamarum Zétrenne rzamar2018@gmail.com
Auteur


Réagir à cet article